Diversions sur le GR10 près de Superbagnères et à l’est du Perthus

novembre 7th, 2016
 
Diversion sur le GR 10 ouest de Superbagnères

Diversion sur le GR 10 ouest de Superbagnères

 

Rentrant à la maison pour me reposer de la HRP, en empruntant le GR10 je me suis perdu ! Malgré une flèche géante, j’ai tourné en rond. Entre le Col de la Coume de Bourg (2271m) et Superbagnères, au lieu de prend le flanc de la montagne, la route descend bien dans la vallée maintenant avant de remonter sur un chemin flambant neuf.

 

Diversion sur le GR 10 à l'est duLe Perthus

Diversion sur le GR 10 à l’est du Perthus

 

Plus à l’est une autre diversion est à signaler. Immédiatement après avoir passé en-dessous de l’autoroute au Perthus, le GR 10 remonte dans la forêt (distrait par la chaleur il passe même en Espagne) avant de rejoindre St-Martin-d’Albère. Une grande amélioration : avant il suivait la route goudronnée pendant plusieurs kilomètres.

Rencontre avec une légende vivante

octobre 21st, 2016
 
Refuge Tomy

Refuge Tomy

 

Ça fait des années que j’ai voulu remercier un certain Maurice. Finalement je le rencontre lors de ma dernière journée sur la Haute Randonnée Pyrénéenne. J’ai dormi à ‘son’ refuge Tomy la veille, et je descendais tranquillement vers Banyuls quand j’ai vu un homme coiffé d’un bonnet rouge, montant à vive allure avec un gros bidon vide à la main. Ça doit être lui ! Read the rest of this entry »

L’ours et les brebis dans les Pyrénées, 2016

octobre 7th, 2016
 
Estive de la Cabane de Gourge Sec sur la HRP près de Somport

Estive de la Cabane de Gourge Sec sur la HRP près de Somport

 

Le bilan provisionnel des dommages d’ours sur le massif des Pyrénées françaises jusqu’au 31 août 2016 vient d’être publié. Malgré l’interprétation optimiste du rapport, les chiffres sont en hausse. Read the rest of this entry »

Réintroduction de l’ours, ensauvagement des Pyrénées : le pour et le contre

septembre 17th, 2016
 

Ours dans la commune de Melles, là où les premiers ours slovènes ont été lâchés en 1996.

Le débat est complexe mais un des axes de tension entre les pro-ours et les anti-ours est l’importance à être attribué au nombre de brebis tuées par l’ours. Est-ce qu’il est signifiant ou non ?

Read the rest of this entry »

La brebis ariégeoise : pas une toison d’or

mai 26th, 2016
 
Gâteau de sel : un délice

Gâteau de sel : un délice

 

J’ai les bras jusqu’aux coudes dans la laine ; les mains douces grâce à la lanoline. La bergerie sent l’huile, les crottes de brebis, la sueur. Les tondeuses électriques bourdonnent, les brebis bêlent, mais les ouvriers sont avares de mots.

« 50017. 50176. 10237, laisse le cou. »

 

en attente

En attente

 

La laine retient toujours la chaleur de la brebis. C’est un peu comme dérober un œuf fraichement pondu du nid de la poule. Etrangement intime. Quelques secondes auparavant cette laine, cet œuf faisaient partie intégrante d’un animal vivant.

Read the rest of this entry »

Les Pyrénées du 21 siècle (v): la technologie

mai 1st, 2016
 
Clinometer

Clinomètre

Voici le dernier article sur les montagnes modernes : les Pyrénées 2.0.

On trouve un signal téléphonique dans certaines vallées et autour des stations de ski. Au-dessus de 2400m, oubliez le mobile, du moins en tant que téléphone. Justement, l’une des richesses de la montagne c’est la possibilité de se déconnecter. S’il vous plait.

N’empêche… mon appli favorite c’est le clinomètre

Puis on ne peut pas oublier le GPS. Pas seulement pour les randonneurs, mais aussi pour les animaux. De temps en temps un de la trentaine d’ours dans les Pyrénées en portera un, question de pouvoir suivre ses déplacements, mais actuellement aucun n’est équipé.

Pareille pour les chèvres. Moins de 200m/h elle rumine ; entre 200m et 1000m elle broute ; plus de 1000m et il vous faut sortir la ramener. Idem pour les chiens qui ne reviennent pas. Un bon chien de chasse vaut de l’or.

Tout bouquetin qui se respecte porte un collier GPS/radio qui vaut 2500€.

 

Bouquetin 2.0

Bouquetin 2.0 en Ariège © Jordi Estèbe, Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises

 

Les Pyrénées du 21eme siècle (iv) : à la ferme

avril 7th, 2016
 

Voici le quatrième volet dans ma série sur le Pyrénées en évolution.

La vente directe du producteur au consommateur existe dans les Pyrénées, mais elle me semble moins développée qu’en Angleterre. Ici je voudrais simplement signaler quelques faits qui m’ont marqué lors de mes traversées de la chaine.

 

Si les vaches ne veulent pas aller à la ferme, la ferme ira aux vaches

Si les vaches ne veulent pas aller à la ferme, la ferme ira aux vaches

 

J’ai vu cette machine à traire mobile près du Col de Pause en Ariège. L’éleveur m’a expliqué que les vaches montent au fur et à mesure que la saison avance, à la recherche de l’herbe fraiche. Au lieu de les faire descendre à la ferme pour la traite, il fait progressivement monter sa machine.

Read the rest of this entry »

Les Pyrénées du 21eme siècle (iii) : de la glace et du feu

mars 14th, 2016
 

Les Pyrénées ne sont pas figées dans le temps tel une vieille carte postale. Voici un troisième article sur les nouvelles Pyrénées.

 

Rhododendrons et genêt dans la vallée de la Grava sur le GR10

Rhododendrons et genêts dans la vallée de la Grava sur le GR10

 

En plus des réintroductions, ce siècle verra d’énormes changements dans la nature. Le piedmont se referme avec les pâturages délaissés envahis par des rhododendrons, des genêts et des arbustes. Ils auront beau avoir une jolie mine ; c’est toutefois le début de la décadence. Plus haut la pourriture est aussi visible. Read the rest of this entry »

Les Pyrénées du 21eme siècle (ii) : chemins de traverse

février 23rd, 2016
 
Romedo de Dalt sur le chemin des Montagnes de Liberté

Romedo de Dalt sur le nouveau chemin des Montagnes de Liberté

 

Vues de loin, les Pyrénées sortent du temps, un archétype de chaine de montagnes. Mais je me rends compte combien mon monologue intérieur est bourré de clichés romantiques. C’est pourquoi je veux écrire sur l’actualité du 21eme siècle. Voici le deuxième volet.

Mis à part l’arrivée de la LGV (2013) et de la THT (ligne de haute tension – 2015), heureusement souterraines toutes les deux, quelles sont les autres nouvelles ?

Le Chemin de Saint Jacques de Compostelle

Église à Roncevaux

Église à Roncevaux

Il n’est plus simplement une longe randonnée ; depuis l’an 2000 le Chemin est devenu un phénomène de société. Le nombre de randonneurs traversant les Pyrénées a plus que quintuplé. Cette étape, entre St-Jean-Pied-de-Port et Roncevaux, est réputée être l’une des plus dures de ce GR. Malgré cela, déjà en 1999 9.318 randonneurs passaient par l’office français du Chemin pour faire composter leur credencial avant d’entamer la montée. Quinze ans plus tard ils étaient 53.972. [statistiques] Si ce chiffre ne vous surprend pas, considérez ceci : en 1978 seulement 13 pèlerins [statistiques] sont arrivés à la cathédrale de Santiago. A St-Jean-Pied-de-Port on ne comptait même pas.

Pourquoi cette augmentation, j’ai demandé au responsable du bureau ? Ce n’est pas un regain de la foi, me dit-il. Elle s’explique partiellement par l’inscription du Chemin sur la liste du Patrimoine Mondiale (1993), mais aussi par la RTT (2000) et puis par un effet de boule de neige : plus de randonneurs égalent plus de refuges, égalent journées plus courtes, et encore plus de randonneurs.

La Retirada

En mémoire des centaines de milliers de Républicains espagnoles qui préféraient vivre en exile à se soumettre au fascisme. Plaque installé au Vajol par la Fondation Negrín, 1 février 2010

En mémoire des centaines de milliers de Républicains espagnoles qui préféraient vivre en exile plutôt que se soumettre au fascisme. Plaque installé au Vajol par la Fondation Negrín, 1 février 2010

La retraite, 1939. Pendant soixante ans on parlait très peu de ce désastre humain, mais depuis vingt ans il est entré dans le canon sacré d’histoires qui définit la montagne, surtout pour les catalans.

Un demi-million de réfugiés traversaient les Pyrénées. Mais pourquoi l’évènement a-t-il été caché ? Parce que Franco, au pouvoir jusqu’en 1975, évitait d’attirer l’attention. Puis, sous les gouvernements de transition successifs, le « Pacte de l’oubli » censé éviter des récriminations, l’a enterrée. Ainsi, seulement quand les participants commençaient à mourir, est-il que leurs petits-enfants commençaient à déterrer ces mémoires longtemps refoulées.

Musée d’Exile à la Jonquera (Catalogne)

Musée d’Exil à la Jonquera (Catalogne)

De nombreuses plaques en souvenir de la Retirada ornent les villages frontaliers. Des chemins de grandes randonnée transfrontalier retracent le parcours des réfugiés. A la Jonquera, le Musée de l’Exil ouvere ses portes en 2007.

En France, les gouvernements français successifs n’ont pas été trop fiers non plus de ce qui s’est passé en 1939 : les réfugiés étaient parqués à Argelès-sur-Mer à même la plage, obligés à creuser dans le sable pour faire des abris de fortune – au mois de février. Ceux qui étaient toujours dans le coin fin 1940 furent envoyés au camp de Rivesaltes. Plus tard ce camp est devenu « le Drancy du la zone libre » pour les juifs cueillis dans les rafles.

Le Mémorial du Camp de Rivesaltes (au nord de Perpignan) a été ouvert par Manuel Valls en octobre 2015.

 

Le musée propose d’écouter enregistrements de témoins oculaires de la Retirada sur fond de photos des événements, diaporama projeté sur les murs.

Le Mémorial propose d’écouter des enregistrements de témoins de la Retirada sur fond de photos des événements, diaporama projeté sur les murs.

Maquis

En mémoire de Quique et Celes, tombés pour la liberté. La plaque a été rajoutée pour le 50eme anniversaire de leur mort, dans une embuscade près de la frontière, près d’Espolla (Catalogne).

En mémoire de Quique et Celes, tombés pour la liberté. La plaque a été rajoutée pour le 50eme anniversaire de leur mort, dans une embuscade près de la frontière, près d’Espolla (Catalogne).

Ces vingt dernières années les maquisards espagnols ont été réhabilités. La Loi sur la Mémoire Historique, adoptée en 2007, érigeait un cadre administratif pour un processus déjà en développement. Dénigrés comme des voleurs de droit commun ou des bandits par la gendarmerie outre-Pyrénées, et peu connus hors d’Espagne, ils continuaient à harceler le régime franquiste bien après la fin de la guerre civile ; le dernier fut tué à Barcelone en 1965. Ils se planquaient souvent en France, traversant la frontière par la montagne.

Continua Pirineum

Le Continua Pirineum est un projet bien du 21eme siècle. Subventionné par l’Europe, il ambitionne recoudre les relations entre les communautés françaises et espagnoles, rappelant un temps quand les Pyrénées étaient moins une barrière qu’un terrain d’entente – et parfois de mésentente – entre voisins. Un exemplaire, entre tant :

Habillées en noir, arrivant en masse comme les hirondelles, ces jeunes espagnoles traversaient la crête frontalière pour aller travailler dans la manufacture d’espadrilles (entre autres). Mais contrairement aux oiseaux elles allaient au nord en automne pour revenir au printemps. A voir aussi Gérard Caubert : Etonnantes Pyrénées.

 

Hirondelles, golondrinas : le surnom donné aux jeunes espagnoles qui venaient travailler en France

Hirondelles, golondrinas : le surnom donné aux jeunes espagnoles qui venaient travailler en France

 

Parmi les projets du Continua Pirineum on trouve la réouverture de ces chemins transfrontaliers. La création de sentiers faits entre voisins sans planification est devenue un dossier sur la table d’un bureaucrate bruxellois.

Jean Ferrat aurait pu dédier ‘La Montagne’ aux hirondelles.

 

 

Ils quittent un à un le pays
Pour s’en aller gagner leur vie
Loin de la terre où ils sont nés…

Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant un vol d’hirondelles
Que l’automne vient d’arriver ?

 

 

Nouvelles des Pyrénées

février 9th, 2016
 
Yarn bombing : le 21eme siècle arrive aux Pyrénées (La Jonquera, 2014)

Yarn bombing : le 21eme siècle arrive aux Pyrénées (La Jonquera, 2014)

Je viens de voir un nouveau film : ‘Les Pyrénées, de l’Atlantique à la Méditerranée’ (Connaissance du Monde – trailer ci-dessous) qui m’a fait réfléchir. Le film montre les Pyrénées dans toute leur beauté, le cameraman en extase devant la majesté des cimes. Ça coche toutes les cases. Faut le voir, surtout si l’on ne connait pas les Pyrénées.

Si je suis un peu déçu, c’est parce que le film est trop beau. Malgré la présence de bergers et d’ours, personne n’élève la voix, personne n’est vraiment en colère. Rien ne risquait de faire sortir l’assistance âgée de sa torpeur digestive. Les montagnes du film sont jolies comme une carte postale aux paysages retouchés à l’aérographe de nostalgie. Ne pas déranger.

C’est pas comme ça que je vois les Pyrénées. La montagne, ça change.

Read the rest of this entry »

map of GR10

 
site designed by Archétype Informatique: création de site internet, Narbonne