De Luchon à Mérens sur le GR10

Cet article est également disponible en: Anglais

Les étapes entre Luchon et Mérens sur le GR10

Hendaye-Gabas > Gabas-Luchon > Luchon-Mérens > Mérens- Banyuls

[extrait du livre Les Pyrénées tout en marchant sur le GR10]

 Au refuge de Rouze

La chaleur s’intensifie mais les nuages commencent à venir d’Espagne, se gonflant d’abord avant de s’assombrir. A quatre heures, il pleut. A travers la fenêtre du refuge, on peut voir l’éclair s’attaquer au Valier. Une demi-heure plus tard, la ferme est inondée, entourée d’éclairs et de tonnerre. Il pleut… vachement.

Au beau milieu de l’orage, une masse volumineuse et agitée assiège les escaliers de dehors, montant les marches deux par deux. La porte s’ouvre et la masse se défait de ses différentes couches extérieures retirant son sac, son anorak, son pull et ses chaussures, créant un triste et humide tas inerte sur le sol, et découvrant un homme sautillant et grelottant devant nous. C’est comme si toute l’énergie avait été aspirée de la coquille ainsi abandonnée pour se concentrer dans l’homme.

Chèvres au refuge de Rouze sur le GR10

Le refuge de Rouze : une ferme avec chèvres, cochons, ânes et brebis

« … vingt minutes depuis Couflens, » halète-t-il.

Il m’en a fallu trente et je croyais bien m’en tirer.

« Assieds-toi et prends une tasse de thé, » je propose.

« Oui, » répond-il, mais il reste debout, sautillant d’une jambe à l’autre, secouant la tête, distribuant ses gouttes d’eau tout autour de lui.

« Je ne comprends pas, » continue-t-il. « D’habitude je ne suis pas électrocuté par les clôtures électriques. Mais toutes celles entre Couflens et ici m’ont envoyé du jus. »

« Tu as bien utilisé les poignées, hein ? »

Refuge de Rouze : une ferme

Cochons après l’orage

« Oui, mais je ne comprends pas. Il y avait neuf clôtures. Je les ai comptées. Chacune avec deux fils. Dix-huit coups de jus. Avant de voir la ferme, j’avais déjà peur de chaque nouvelle clôture parce que je savais ce qui allait se passer dès que je toucherais la poignée. »

« Ça doit être la pluie. Les poignées étaient mouillées et donc elles étaient conductrices. »

« Je ne comprends pas, » répète-t-il machinalement. « Je ne comprends pas. »

 

More on walking in the Pyrenees

Leave a Reply

map of GR10

 
site designed by Archétype Informatique: création de site internet, Narbonne