La Traversée des Pyrénées sur le GR10 : un petit guide

Cet article est également disponible en: Anglais

GR10 : matériel randonnée, poids du sac à dos, mes étapes préférées…

Sur la plage d’Hendaye – au début du GR10

Sur la plage d’Hendaye – au début du GR10

 

Quelques lecteurs de Les Pyrénées Tout en Marchant sur le GR10 (éditions Cairn) me demandent quel matériel il faut pour le GR10, combien de jours sont nécessaires etc. Voici un début de réponse.

Ceci n’est pas un guide définitif, plutôt mon avis personnel. Je pense toujours à la chanson de J.J. Cale, Traveling Light is the Only Way to Fly. Croyez-moi, on paye pour tout dépassement de poids, et non seulement chez Ryanair. Je suis quitte à payer pour un vrai lit dans un refuge ou gîte. Bivouaquer a ses charmes mais implique 6kg de plus dans le sac à dos. Ceci dit, d’autres idées seront les bienvenues (merci de laisser un commentaire en bas de page).

Pour une vue d’ensemble du GR10 avec traces GPS et dénivelés voir la rubrique « Navigation » plus bas. Les cartes Wikiloc montrent la route et la profile (en dents de scie).

Dernières nouvelles sur le GR10

La FFRP (Pyrénées-Atlantiques) a une page dédiée aux modifications de la route du GR10 dans le 64.

Pourquoi faire la traversée des Pyrénées (GR10) ?

 

Les vautours fauves du pays Basque qui attendent votre dépouille

Les vautours fauves du pays Basque qui attendent votre dépouille

 

Le GR10 est une randonnée classique, taille XXL. Il traverse la France, de l’Atlantique à la Méditerranée, enjambant les Pyrénées, un fil conducteur rouge tracé sur toutes les cartes de la chaîne.

À l’ouest, le paysage se pare d’un vert éblouissant ; au milieu le minéral austère est entrecoupé de lacs aussi attirants que froids ; et à l’approche des plages de Banyuls, la garrigue sent le brûlé sous des cieux devenus définitivement bleus. La route visite tous les sites naturels emblématiques des Pyrénées – le Lac de Gaube, le Lac d’Oô, le Cirque de Gavarnie – sans oublier les villes de villégiature que sont Cauterets, Bagnères de Luchon et Luz-Saint-Sauveur. Et elle côtoie des plus hauts sommets, sans en obliger l’ascension. Le Vignemale (3298m) est proposé en option, une journée inoubliable sur le glacier d’Ossoue.

Malgré un terrain parfois chaotique et sauvage, le confort d’un refuge gardé se profile dans la vallée à la fin de chaque journée, à quelques exceptions près.

Hendaye à Banyuls ou Banyuls à Hendaye ?

Il y a des voix pour les deux options. Pour les uns Hendaye à Banyuls s’impose à cause du vent dominant et de la pluie qu’il achemine, qu’ils préfèrent avoir au dos. Pour les autres l’inverse a l’avantage de protéger les yeux du soleil de l’aube et pendant la longue matinée. En tout cas, la journée appartient à ceux qui se lèvent tôt.

Bidarray au pays Basque : bucolique

Bidarray au pays Basque : bucolique

Ceci dit, la plupart des randonneurs sur le chemin de Grande Randonnée 10 (est-ce que l’on peut dire les GRdistes ?) commence à Hendaye, probablement parce que les guides FFRP l’approchent dans ce sens. Et puisqu’il n’y a pas énormément d’hébergement on se revoit le soir venu – convivialité assurée. Dans l’autre sens le parcours doitoffrir plus de contact avec la nature qu’avec d’autres marcheurs.

Combien de temps faut-il pour faire le GR10 ?

Normalement entre 45 et 60 jours au rythme de 6 à 8 heures par jour. Plus journées repos. Plus encore si vous suivez une des variantes.

Pourquoi éviter de marcher plus que huit heures par jour ?

Tout randonneur expérimenté peut marcher dix, voire douze heures en une seule journée. Idem le deuxième jour. Mais le troisième jour tous se retrouvent obligés de ralentir. Partir trop vite c’est une erreur, au même niveau que de trop porter.

Finalement, ça vaut quoi traverser les Pyrénées dans un temps record si vous ne voyez que les paysages dans un flou épuisé ? Les montagnes sont belles, elles parlent à l’esprit, mais les montagnards, eux aussi, ont des histoires à raconter.

Marcher sur le GR10 dans les Pyrénées avec un chien, quelles sont les contraintes ?

L’accès des chiens au parcs nationaux, parcs naturels et reserves est réglementé.

Quelle est la meilleure saison ?

A moins d’être équipé avec crampons et piolet les plus hauts cols ne sont pas franchissables (normalement) du début novembre jusqu’à la mi-juin. Déjà à partir du début d’octobre le temps commence à se dégrader.

Plus précisément la Hourquette d’Arre (2465m, 17eme jour sur 60) entre Gabas et Gourette peut être enneigée jusqu’au 14 juin, voire plus tard. À l’autre bout de la chaine le Col de Coma d’Anyell (2470m, environ neuf jours de marche de la Méditerranée) pose le même problème.

Donc, si l’on veut faire toute la Traversée des Pyrénées d’un seul coup, il est impossible d’éviter la chaleur d’été. C’est vrai qu’il fait moins chaud à la montagne que sur les plages, mais 18 Celsius en marchant, ça cogne.

Combien de randonneurs font le GR10 ?

 

Près de Gedre, entre Gavarnie et Luz-St-Sauveur sur GR10

Près de Gedre, entre Gavarnie et Luz-St-Sauveur sur GR10

 

Je dirais qu’environ dix randonneurs quittent Hendaye chaque jour entre mi-juin et mi-septembre avec l’intention de faire un bon tronçon du GR10, bien que la plupart va prendre plusieurs années pour arriver à Banyuls. Seulement un ou deux partent de l’autre bout. Certains jours je n’ai vu quasiment personne ; autour des sites réputés il y avait entre dix et vingt marcheurs (la plupart faisant de petites boucles).

Est-ce qu’il est raisonnable de marcher seul ?

Je l’ai fait. Mais les autorités dans la matière ne le conseillent pas. Pourvu que vous sachiez lire une carte et que vous restiez sur le sentier, s’il vous arrive quelque chose, quelqu’un va vous trouver. Tôt ou tard. Mort ou vivant. Même entouré d’amis il est possible de casser le cou, ou être agressé par un ours.

Alors, les ours des Pyrénées sont dangereux ?

 

Les marmottes étaient réintroduits en 1948 ; l’ours est là depuis toujours.

Les marmottes furent réintroduits en 1948 ; l’ours est là depuis toujours.

 

Selon les statistiques, non. Dans les Pyrénées, l’ours n’a tué personne depuis plus d’un siècle. C’est plus probable que vous mouriez dans un accident d’avion, l’épave sur les pentes du Canigou étant le témoin de la dangerosité de ce mode de transport.

En fait seulement une vingtaine d’ours patrouillent les estives de la chaîne. Vous n’en verrez pas un. Par contre vous ne manquerez pas de voir une marmotte, c’est pourquoi j’en ai mis une ici.

Si vous avez toujours peur, consulter backpacker.com. Là vous trouverez une foire aux questions : « Est-ce qu’un Taser arrêtera un ours ? » « Est-ce que il est dangereux de faire l’amour ? » (Sous-entendu, est-ce que l’ours est voyeur ?). Et pour celui qui est vraiment parano : « Quand je pète, ça va attirer l’ours ? »

Surtout ne portez pas un manteau en peau de laine de mouton. Plusieurs centaines de moutons sont tués chaque année par l’ours (sur une population d’un demi-million).

Quels sont les autres dangers ?

 

Cauterets, ville thermale avec son architecture gâteau de mariage

Cauterets, ville thermale avec son architecture de ville d’eaux

 

La chaleur. Le soif. Bien que la température descende en moyen 0,6 degré Celsius pour chaque 100m monté, les randonneurs, quant à eux, ils surchauffent. L’air se raréfie et le soleil frappe encore plus fort qu’à la plage. En été, sur les montagnes, il fait chaud.

Certaines zones de roche poreuse sont dépourvues de sources. L’eau déshydratée (disponible en pastilles à la pharmacie) est un must.

Le froid, l’humidité. Bien que les glaciers tout proches ne refroidissent pas beaucoup l’atmosphère, il peut faire très froid en montagne en été. Le souci principal est l’orage. La température peut descendre 15 degrés Celsius en autant de minutes. Un orage peut éclater à tout moment mais il me semble qu’ils débarquent d’habitude autour de 16h00.

La gravité. Par vraiment le danger de tomber du haut d’une falaise, en se prenant pour un aigle, mais plutôt le danger de porter trop sur le dos, en se prenant pour une mule. Avec la conséquente faiblesse, vous risquez de tomber… en panne. Voir liste de matériel ci-dessous.

Les chiens qui se prennent pour des brebis. Les patous pyrénéens sont des chiens élevés avec le troupeau. Dans leur esprit tordu ils sont des brebis. Leur boulot est d’attaquer tout qui s’approche, surtout les autres chiens et les randonneurs. Éviter de vous placer entre le patou et son troupeau. Le cas échéant, faites vos plus plates excuses.

Points d’accès depuis la France

Les transports publics desservent :
• Hendaye
• St-Jean-Pied-de-Port
• Etsaut
• Cauterets
• Luz-St-Sauveur
• St Lary
• Mérens
• Bolquère
• Villefranche-de-Conflent
• Banyuls

Plusieurs refuges et cabanes sur le GR 10 sont acessible en voiture

Points de ravitaillement sur le GR10

  • Ainhoa
  • St-Etienne-de-Baïgorry
  • St-Jean-Pied-de-Port
  • Bagargrak (Iraty)
  • Lescun
  • Gourette
  • Arrens-Marsous ?
  • Cauterets
  • Gavarnie
  • Luz-St-Sauveur
  • Barèges
  • St-Lary
  • Luchon
  • Aulus
  • Seix
  • St-Lizier
  • Auzat (2km)
  • Bolquère
  • Arles
  • Le Perthus

Et avec préavis les refuges et gîtes vont te faire un sandwich. Bon appétit !

Navigation

 

Bananiers devant un etxe basque classique à Ainhoa (pays basque)

Bananiers devant un etxe basque classique à Ainhoa (pays basque)

 

L’IGN publie des cartes des Pyrénées à l’échèle de 1:25.000. C’est très bien pour un petit tronçon, mais à vol de vautour, il y a 400km entre Hendaye et Banyuls. Il faudrait une carte de 16m pour tout le GR10. En tout cas les cartes 1:50.000 des guides FFRP suffisent. (Ne vous prenez pas pour un vautour, pour un randonneur le GR10 fait 850km.)

Page sur les cartes gratuites des Pyrénées (en anglais).

Un GPS, ça vaut la peine ?

Garmin Etrex-Vista HCx

GPS avec cartes embarquées

A mon sens, pour la navigation, la meilleure solution – mais pas la moins chère – est un GPS avec cartes embarquées. J’ai un Garmin eTrex Summit HC (249 euros). Les cartes GPS de toute la France vous coûteront 299 euros de plus.

Plusieurs traces GPS du GR10 sont disponibles sur Wikiloc. Il vaut mieux faire une comparaison entre quelques-unes pour s’assurer de la vraie trace, car tout le monde se perd à un moment donné, et c’est pas intéressant de suivre les pas d’un illuminé.

Après avoir vu les traces sur l’écran plat de votre ordi, les voir en 3D sur Google Earth est une expérience instructive.

GR10 GPS

Fichiers GPS partagés par GR Info

Hendaye à Estérençuby
Distance : 111 kilomètres
Elévation min : 2 mètres, max : 1023 mètres
Dénivelé positif : 5575 mètres, négatif : 5340 mètres

Estérençuby à Borce
Distance : 104 kilomètres
Elévation min : 244 mètres, max : 1920 mètres
Dénivelé positif : 6664 mètres, négatif : 6316 mètres

Borce à Cauterets
Distance : 79 kilomètres
Elévation min : 588 mètres, max : 2450 mètres
Dénivelé positif : 6232 mètres, négatif : 5958 mètres

Cauterets à Lac de l’Oule (via Gavarnie)
Distance : 92 kilomètres
Elévation min : 709 mètres, max : 2732 mètres
Dénivelé positif : 6164 mètres, négatif : 5272 mètres

Lac de l’Oule à Etang d’Araing
Distance : 106 kilomètres
Elévation min : 534 mètres, max : 2264 mètres
Dénivelé positif : 7851 mètres, négatif : 7692 mètres

Etang d’Araing à Etang de Guzet
Distance : 102 kilomètres
Elévation min : 535 mètres, max : 2231 mètres
Dénivelé positif : 8161 mètres, négatif : 8531 mètres

Etang de Guzet à Mérens les Vals
Distance : 104 kilomètres
Elévation min : 731 mètres, max : 2393 mètres
Dénivelé positif : 7545 mètres, négatif : 8027 mètres

Mérens les Vals à Batère
Distance : 111 kilomètres
Elévation min : 922 mètres, max : 2477 mètres
Dénivelé positif : 7260 mètres, négatif : 6840 mètres

Batère à Banyuls
Distance : 85 kilomètres
Elévation min : 3 mètres, max : 1472 mètres
Dénivelé positif : 4525 mètres, négatif : 5990 mètres

Totaux théorétiques : 894km, 59,970 mètres positif.

Hébergement

Chèvres à Rouze, dans l’Ariège

Chèvres à Rouze, dans l’Ariège

 

Vous pouvez toujours porter votre hébergement sur le dos, c’est moins chère, mais vous allez vous déplacer à la vitesse d’un escargot. Une tente (et tout qui va avec) n’est pas essentiel pour la Traversée des Pyrénées et rajoute énormément au poids sur le dos. Avec un peu de recherche en amont vous pouvez vous arranger un toit chaque nuit, bien que certains soient un peu précaires.

Quand j’ai fait le GR10 j’ai essayé de faire des étapes de six à huit heures – au-delà de huit heures le plaisir s’estompe vite.

Pensez aux heures. Oubliez la distance, ça veut rien dire en montagne. Comptez 300m de dénivelé positif ou 500m négatif par heure. Si vous y arrivez, vous êtes un bon. Les guides FFRP donnent des horaires raisonnables pour un randonneur en forme qui a l’habitude d’un sac à dos plein.

Cayolars, cabanes, orrys

Lac d’Estaing (« estaing » voulant dire « lac », nous retrouvons ici un bon exemple de la tautologie pyrénéenne)

Lac d’Estaing (« estaing » voulant dire « lac », nous retrouvons ici un bon exemple de la tautologie pyrénéenne)

 

Selon le site Pyrénées – cabanes et refuges il existe plus de 770 possibilités de hébergement dans les Pyrénées, dont plusieurs sur ou près du GR10. Les cabanes et les cayolars sont en accès libre quand ils ne sont pas fermés ou occupés par un berger, voire délabrés. Rien n’est certain, même l’existence d’un toit (surtout s’il s’agit d’un orry), aussi faut-il prévoir le temps de rechercher une autre solution si nécessaire. J’en connais qui sont aussi confortable que certains refuges gardés, mais ils sont rares.

Refuges gardés

Pyrénées – cabanes et refuges en répertorie 63, mais quelques-uns ne figurent pas sur la liste. Une nuit en demi-pension plus un panier pique-nique vous coûteront environ 45 euros. Ce qui peut paraître cher pour un lit dans un dortoir mais les frais des refuges sont élevés, vu l’éloignement des routes et les conséquent coûts de transport. Les couvertures sont fournies, mais un drap de couchage (sac à viande) est essentiel. La plupart des refuges fournissent des sandales pour l’intérieur. Réserver un ou deux jours en avance, plus si possible.

À voir aussi : Guide gites d’étape et refuges et aussi http://www.lespyrenees.net/fr/hebergement,1,Gites-d-Etape.html

Les bonnes manières dans un refuge

Au refuge de la Rencluse sous l'Aneto

Au refuge de la Rencluse sous l’Aneto

 

Cette rubrique est inspirée par le livre polémique de Laurence Fleury Un été en refuge (ed. Gypaete). Elle raconte (entre autres) ses déboires avec une clientèle peu soucieuse de la difficile gestion d’un refuge gardé en montagne.  Il n’y a pas pire que le goujat citadin, qui pense qu’un refuge est un hôtel, voire sa propre maison.

Sachez que l’approvisionnement est un souci majeur. Normalement un refuge se fait livrer par hélicoptère  en début de saison ; il revient en automne pour enlever toute chose qui ne peut pas rester là-haut pendant l’hiver. Ce qui implique un surcoût d’environ 1 euro par kilo. En saison c’est à dos de mule ou à dos d’homme qu’arrivent les produits frais.

La vie d’un gardien de refuge peut sembler idéale pour un randonneur de passage. Toutes ces montagnes à portée de main ! En fait, en haut saison, le gardien peine à trouver un moment à lui. Il se lève avant les premiers randonneurs (6 heures) et se couche après les derniers (vers minuit). Dans la journée il y a le rangement, le nettoyage et les repas à préparer. Souvent le gardien et ses assistants n’ont pas le temps de sortir voir la nature qui les entoure.

Un refuge n’a rien à voir avec un hôtel. Il peut fermer pendant une partie de la journée pour permettre les gérants de nettoyer, etc. L’électricité est précieuse, et donc les douches chaudes sont souvent payantes. Il peut s’avérer impossible de recharger les piles d’appareil photo, faute de prises.

Le repas du soir va être simple, mais copieux. Souvent il commence avec une bonne soupe pour réhydrater les randonneurs.

Bien qu’il y ait une tendance vers des dortoirs plus petits, certains hébergent trente personnes, voire plus.

À faire

  • Réserver avant, tout en évitant d’appeler aux heures de repas.
    Mais comment réserver quand on est déjà en montagne et le portable ne passe pas ? Vous pouvez demander au gardien de le faire pour un autre refuge (si vous ne pouvez pas prévoir vos étapes en avance).
  • Offrir de porter quelque chose de « en bas » : du pain, le journal, par exemple.
  • Enlever ses chaussures dans le sas d’entrée.
  • Signaler des végétariens éventuels dès la réservation, et le rappeler au gardien en arrivant.
  • Signaler les pique-niques pour le lendemain et les besoins en café ou eau chaude bien avant le repas du soir.
  • Profiter pleinement de l’opportunité de discuter avec d’autres randonneurs, sur le chemin et les hébergements prévus. Refaire le monde (si c’est toujours nécessaire une fois la-haut).
  • Descendre vos déchets, y compris les cannettes achetées en refuge.
  • Payer en liquide ou cheque tiré sur une banque française. Il est rare qu’un refuge de montagne puisse accepter les cartes bleues.

À éviter

  • N’entrer pas dans la cuisine sans autorisation. Encore moins les zones privées.
  • Ne demander pas d’utiliser le téléphone du refuge, sauf pour les réservations chez les voisins, ou pour les urgences.
  • N’encombrer pas les dortoirs avec votre barda.
  • Ne pas faire de bruit dans les dortoirs où d’autres randonneurs peuvent essayer de dormir (y compris l’après-midi).
  • Si vous partez tôt, faire le sac à dos la veille, afin d’éviter au maximum le dérangement.
  • et le plus difficile : ne ronflez pas !

Gîtes d’étape

 

Chêne-liège près de la Méditerranée. Remarquer l’écorce détachée, faute de crème solaire.

Chêne-liège près de la Méditerranée. Remarquer l’écorce détachée, faute de crème solaire.

Un cran au-dessus d’un refuge gardé en termes de prestations, un gîte d’étape coûte cinq à quinze euros de plus. Vous aurez toujours besoin d’un drap de couchage mais les chambres seront plus petites, voire individuelles. Réservation essentielle. Comme pour les refuges il vaut mieux prévoir du liquide ou les chèques français pour payer.

Hôtels

Dans certaines villes (ex Arles-sur-Tech) il n’y que l’hôtel, et rien de moins chère.

Les étapes sans hébergement organisé

Quoique globalement jalonné par des refuges gardés, gîtes et hôtels certaines étapes du GR10 manquent de possibilités d’hébergement. Un sac de couchage devient indispensable.

Le problème principal est l’Ariège. La devise du département jusqu’à assez récemment était « Ariège, terre courage » et pour moi elle s’applique au GR10. Le site FFRP Ariège propose des informations utiles ainsi que leur liste des gîtes et refuges sur le GR10 en Ariège (format Acrobat).

Les heures de marche ci-dessous sont tirées des guides FFRP.

Gabas à Gourette (8h50)

(Notez qu’il n’y a plus de refuge à Gabas, mais il existe toujours d’autres possibilités.)

Ici, pas de refuge gardé entre les deux villages. À la limite on pourrait faire l’étape dans une seule longue journée, ainsi éliminant la nécessité de porter un sac de couchage avant d’arriver à Eylie-d’en-Haut en Ariège (33eme journée sur 60). Sinon c’est soit une tente, soit on peut dormir à la Cabane de Cézy, rénovée en 2011.

Bagnères de Luchon à Fos (environ 10h00)

 

Pêcheur juste au nord de Luchon

Pêcheur juste au nord de Luchon

Le nouveau gîte d’étape à Artigue permet de couper le morceau en deux (2h30 et 7h30). Pour une répartition plus équitable il faut dormir aux Cabanes de Peyrehitte (dont une est réservé aux randonneurs). Pensez à apporter du bois (il n’y a rien autour de la cabane). L’eau se trouve un petit peu plus loin sur le GR10.

Le Repos du Moine à Fos propose un service d’approvisionnement en plus de l’hébergement (sur réservation).

Eylie-d’en-Haut à Esbintz (trois jours, deux nuits – 19h40)

C’était un tronçon particulièrement difficile pour l’hébergement, mais maintenant le nouveau Gîte Auberge Maison du Valier au Pla de la Lau a quelque peu amélioré la situation. Malheureusement le tronçon reste trop long pour deux jours.

  • Premier jour : Eylie au Gîte Auberge Maison du Valier (Pla de la Lau) 9h35
  • Deuxième jour : Gîte Auberge Maison du Valier (Pla de la Lau) to Esbintz (10h05 – non, merci)

Voici les cabanes qui peuvent dépanner (d’ouest en est)

Esbintz sous la neige, février 2012

Esbintz sous la neige, février 2012

Goulier au refuge du Rulhe (4 jours, 3 nuits)

Le GR10 pour les courageux.

  • Jour 1: Goulier à Siguer 4h05
  • Jour 2: Siguer à la Cabane du Courtal Marti 5h30
  • Jour 3: Cabane du Courtal Marti à la Cabane d’Artaran 5h40 (ou bien la Cabane de Clarens une heure avant).
  • Jour 4: Caban d’Artaran au Refuge du Rulhe 5h45

Quelques précisions

  • Siguer. Le petit gîte du Siguer ne fonctionne plus. Fabrice Scheffer s’occupe toujours du ravitaillement des cabanes ci-dessous. Mais pour l’hébergement il ne reste que le foyer près de la salle des fêtes. Contacter la mairie 05 61 05 65 45.
  • La Cabane du Besset d’en Haut en contre-bas du Col de Sasc. Une cabane en béton en mauvais état, à éviter. Par contre, il y a une source captée à 280m NNO de la cabane qui peut s’avérer utile.
  • Cabane du Courtal Marti. Environ une heure après la Cabane du Besset d’en Haut, à conseiller.
  • Cabane de Balledreyt. 632m après la Cabane du Courtal Marti.
  • Cabane de Clarens. En mauvais état, mais au moins il y a un toit.
  • Cabane d’Artaran.
  • La station du Plateau de Beille est à 30 minutes de marche après la Cabane d’Artaran. L’équipe d’Angaka propose un tipi et une yourte aux randonneurs, avec repas. Sympa ! Réservation obligatoire. En plus il y a un restaurant (ouvert uniquement le midi). Si vous êtes dans le coin en hiver essayer le traîneau à chiens.
    Le plateau de Beille est la dernière possibilité avant le refuge du Rulhe, car la Cabane de Beille d’en Haut est privée. Plus loin la Cabane de Poussiergues peut dépanner. Il paraît qu’elle est en bon état (décembre 2012).

 

Brebis Basco-béarnaises, fraîchement arrivées pour les vacances d’été.

Brebis Basco-béarnaises, fraîchement arrivées pour les vacances d’été

  • Mérens (après le Rulhe). Le gîte est fermé définitivement. Il est possible de dormir à Mérens aux chambres d’hôtes du Nabre ou au camping municipal. Ou bien d’aller au gîte d’étape l’Hospitalitet directement du Rulhe empruntant le GR Transfrontalier « la Boucle des Lacs » (5h30, par les étangs Joclar, Couart et de Pédourrés) puis de retrouver le GR 10 au refuge des Bésines.

Matériel

J’ai fait le GR10 avec entre douze et dix-huit kilos sur le dos. Erreur ! Depuis j’ai appris comment limiter le matériel. Sur la Boucle des Trois Refuges autour des Posets (Viados, Estos, Angel Orus) avec une virée au sommet (3375m) j’ai porté 7,7kg (plus crampons et piolet, pas nécessaires pour le GR10). Quatre jours. Aucune raison de porter plus sur une rando plus conséquente. Depuis j’ai encore enlevé. Voici ma liste de l’essentiel.

Randonnée ultralégère sur le GR10

La mode vestimentaire au GR10 g notes
chaussures 1824 avec tiges hautes, que je considère essentielles
anorak 775 Gortex
pantalons 304 pantalons légers avec jambes détachables (Columbia)
tee-shirt 160 synthétique pour sécher vite, jamais du coton
ceinture 97
slip 80
chaussettes 74
TOTAL 3314

 

Accessoires
eau 1548 1,5 litres
sac à dos 440 regardez-moi ça ! 52 litres ZPacks™ « Arc Blast » Backpack
doudoune 731
4 guides FFRP GR10 640 avec cartes 1:50000
bouffe pour la journée 500
appareil photo 273
trousse premier secours 246
2 tee-shirts 238
short 217
bâton 202
chargeur pour piles 194
sur-pantalons étanches 177
GPS 173 avec cartes embarquées
crème solaire 149
portefeuille 142
Mars 130
piles de rechange 111
mobile 108
drap de couchage 101 en soie
serviette microfibre de voyage 97
couteau suisse 86
shampoing 80
papier toilette 78
chapeau 78
lampe frontale avec piles rechargeables 78
une paire de chaussettes 70
couverture de survie 61
lunettes 54
dentifrice 31
savon 30
boules Quilès 30
sacs plastiques 25
timbale 23
Compeed 18
brosse à dents 17
comprimés pour purifier l’eau 13
briquet 12 pour faire du feu
stylo 9
sifflet 9
TOTAL 7219
Sac à dos ultra lèger

Sac à dos ultra léger

Pas nécessaire :

  • sandales (quasiment tous les refuges en proposent – sinon à l’intérieur, les chaussettes suffissent)
  • déodorant – positivement dangereux parce qu’il t’empêche de suer
  • un rasoir, même si vous avez de belles jambes.

Pour citer Jean-Christophe Rufin (Immortelle Randonnée, éditions Guérin, 2013, p 219)

« L’axiome central de la pensée marche « ultralégère » tient en une phrase : « Le poids, c’est de la peur »… En partant de là, chacun est amené à réfléchir. Un pull-over : c’est nécessaire. J’en emporte deux : pourquoi ? De quoi ai-je donc si peur. Le froid est-il vraiment menaçant ou est-ce mon inconscient qui, sur ce sujet, pèse de tout le poids de mes névroses ? »

À voir aussi http://www.randonner-leger.org/

Autre liste de matériel pour grande randonnées

Quelques morceaux choisis

Lac de Gaube, Hourquette d’Ossoue, Vignemale et Gavarnie

 

Le cirque de Gavarnie, l’une des images pyrénéenne les plus connues du GR10

Le cirque de Gavarnie, l’une des images pyrénéenne les plus connues du GR10

 

À mon avis, le tronçon le plus intéressant du GR10 c’est la variante entre Cauterets et Luz-St-Sauveur qui passe par la Hourquette d’Ossoue (2734m) au lieu de passer directement entre l’une et l’autre. La plupart des randonneurs ne le font pas. Dommage. La variante commence avec une cascade – 3km d’eaux bouillantes – jusqu’au Pont d’Espagne. Puis survient le Lac de Gaube, un site pyrénéen s’il y en a (arrivez avant neuf heures et vous l’aurez pour vous tout seul). Ensuite la longue vallée de Gaube avec la sombre face nord du Vignemale au fond et le col à la Hourquette d’Ossoue. Une petite déviation vous emmène au sommet du Petit Vignemale (3032m) un trois mille facile qui surplombe le glacier d’Ossoue, un des plus étendus des Pyrénées.

Dormir au refuge de Bayssellance vous donnera le lendemain le temps de flâner jusqu’à Gavarnie, laisser le sac au refuge de la Grange de Holle et visiter le cirque. Pour n’en citer que Victor Hugo :

Un hippodrome, panthéon, cathédrale, morceau d’Olympe, fresque de l’abîme, boas roulés l’un au-dessus de l’autre, la gueule d’un volcan, piège à tempêtes… et quand il laissait son imagination s’emballer un petit peu, une tour de Babel renversée et imprimée sur la terre, comme on appose un cachet.

Mieux, reporter la visite au Cirque au surlendemain et ne marcher qu’au Gèdre ce jour-là. Après ça vous aurez une journée en montagnes russes en descendant à Luz-St-Sauveur.

Le Grand Vignemale

Notre guide sur le glacier du Vignemale

Notre guide sur le glacier du Vignemale

Si vous aimez empiler les variantes les unes sur les autres, ici vous êtes gâté. L’opportunité de faire le plus haut sommet des Pyrénées françaises se présente : Le Grande Vignemale. Le refuge de Bayssellance est au pied du glacier d’Ossoue qui mène à cette montagne fétiche de Russell.

Ne finissez pas comme « le pauvre » Barrau, emprisonné (dans un autre glacier pyrénéen) pendant 107 ans. Crampons, corde et guide sont disponibles au Bureau des Guides à Cauterets.

Canigou

Par beau temps on peut voir la Méditerranée depuis le sommet du Canigou

Par beau temps on peut voir la Méditerranée depuis le sommet du Canigou

Le sentier entre le refuge de Mariailles et le Chalet des Cortalets, la route officielle du GR10 contourne le Canigou. Mais comme c’est fastidieux ! Pour un parcours beaucoup plus intéressant, et beaucoup plus vite, allez au sommet, pourvu qu’il fasse beau. Il faut mettre les mains juste avant le sommet mais ne vous laissez pas intimider par  « la cheminée ». Une fois à la Croix, la vue est magnifique.

Autres ressources

N’oubliez pas le site des Amis Gr’distes signé Eric Chaigneau, de plus en plus utile.

La Bibliothèque de l’Association des Amis Gr’distes est une ressource indispensable pour Livres et topo-guides randonnée dans Pyrénées (GR10, GR11 espagnol, HRP)

 

 

100 Responses to “La Traversée des Pyrénées sur le GR10 : un petit guide”

  1.  

    [traduction de commentaires sur la version anglaise de cette page]

    Hugo Guido dit :

    Avec un ami je suis en train de planifier une itinérance de 15 jours début d’octobre, de refuge en refuge sur le GR10.

    On va prendre un vol à Paris, utiliser le transport commun jusqu’aux Pyrénées, marcher 15 jours puis revenir au Mexique depuis Madrid.

    Nous prévoyons deux jours au début et à la fin pour les déplacements. Puisque ce sera début automne, nous ne porterons pas de matériel pour la neige.
    Nous avons regardé ton carte mais ne connaissant pas la région nous ne pouvons pas identifier ni où commencer ni où terminer notre périple.

    Tout conseil sera le bienvenu.

    Steve dit :

    Bonjour Hugo. Merci de me dire combien d’expérience vous avez de randonnée montagne (au-delà de 1000m). Ceci me permettra mieux répondre. Merci

    Hugo Guido
    dit :

    Je considère que nous avons de l’expérience (La Malinche 4,461 – Cofre de Perote 4,450)… mais la passion principale de mon père était marcher dans la moyenne-haute montagne et l’exploration des petits sentiers … ainsi la haute montagne nécessitante du matériel adapté était si rare que nous n’avons jamais fait l’acquisition de notre propre matériel… mais 1000m n’est pas un problème.

    Je me considère plus un randonneur itinérant qu’un escaladeur des cimes.

    Steve dit :

    Merci pour l’info. A priori vous n’aurez pas de soucis sur le GR10.

    Il est possible que vous trouverez de la neige à partir du début octobre, mais pas des masses et elle disparaîtra vite (normalement pas besoin de matériel neige pour octobre). Ceci dit, je suggère que vous évitiez le centre. Vous pouvez marcher des Cabannes (près de Tarascon-sur-Ariège) en direction de la Méditerranée. Depuis Paris vous pouvez prendre le train à Toulouse, puis aux Cabannes. (Si vous voulez raccourcir vous pouvez commencer à l’Hospitalet près l’Andorre.) À la fin vous trouverez un train de Banyuls à Barcelone et Madrid.

    Si vous commencez aux Cabannes il vaut mieux réserver un taxi en avance pour vous monter au Plateau de Beille.

    Ci-dessous tu trouveras un possible itinéraire. Certaines étapes sont plutôt courtes et vous aller vouloir très certainement les fusionner.

    À noter :

    • Vérifier que les refuges sont ouverts. Bien qu’Arles et le Perthus soient de petites villes, il n’existe que des possibilités limitées d’hébergement
    • Le refuge à Mérens est fermé, Il faut monter à l’Hospitalet.
    • Entre le col d’Ullat et Banyuls vous avez un abri très sympa
    Jour Matin Heures de marche Soir
    1 Plateau de Beille 04:30 le Rulhe
    2 Le Rulhe 06:00 Hospitalet
    3 Hospitalet (off route) 03:30 Bésines
    4 Bésines 06:00 Bouillouses
    5 Bouillouses 03:30 Bolquère
    6 Bolquère 02:20 Planès
    7 Planès 06:25 Carança
    8 Carança 05:00 Mantet
    9 Mantet 02:00 Py
    10 Py 03:30 Mariailles
    11 Mariailles 06:35 Cortalets
    12 Cortalets 05:50 Arles
    13 Arles 03:15 Moulin de la Palette
    14 Moulin de la Palette 04:30 Las Illas
    15 Las Illas 03:00 Le Perthus
    16 Le Perthus 03:30 Col d’Ullat
    17 Col d’Ullat 07:20 Banyuls

     

    S’il s’avère que certains refuges ne sont pas ouverts, je peux éventuellement proposer des alternatives. En espérant que j’ai répondu à ta question.

    Hugo Guido dit :

    Nous allons essayer l’itinéraire que tu proposes. Merci infiniment.

  2. steve dit :

    Steve Joseph dit

    Je suis en train de planifier une semaine sur le GR10 pour l’été prochain, de Lescun à Luz-St-Sauveur ou Cauterets. Depuis ma résidence secondaire dans la Dordogne à Pau sans voiture n’est pas un problème, mais comment aller de Pau aux Pyrénées ? Merci encore. Je suis un randonneur de 75 ans qui espère faire ce périple avec son petit-fils, montagnard en herbe, qui en a 18.

    Steve dit
    Pour une fois, c’est facile. La ligne SNCF Pau-Canfranc passe à 5km de Lescun (autocar à partir d’Oloron-Ste-Marie). Il faut descendre au Pont de Lescun.

    Pour le retour la ligne SNCF Luz-St-Sauveur – Cauterets – Lourdes convient. Puis Lourdes – Pau. Attention : les nouveaux horaires ne seront disponibles qu’à partir du 1 mai environ.

    Est-ce que vous allez bivouaquer ? Sinon l’étape Gabas-Gourette est très longue (voir ci-dessus).

    Amusez-vous bien.

    Steve Joseph dit

    Merci pour la réponse rapide et pour les infos détaillées. Je pense que beaucoup de personnes pourraient se servir des infos que tu as mis pour planifier leur voyage vers au GR10. J’ai commandé ton livre sur Amazon hier soir. J’ai déjà le Cicerone. Tu es un InfoTech et un PiedTech mis ensemble. Excellent site.

    Par rapport au Guides Bleues, j’ai trouvé un excellent site aux Etats-Unis, omnimap.com, ou l’on peut commander toutes les cartes. Caroline du Sud, tu te rends compte !

    Oui nous pensons bivouaquer par moments. Porter et continuer. J’étais à St-Jean-Pied-de-Port au mois de juin, pour un repérage : joli mais bondé, y compris vététistes faisant le Camino de Compostelle. Les paysages entre Hendaye et SJPP ne me semblent pas trop intéressants. En fait, nous avons rencontré dans le Lot et le Tarn, par exemple, beaucoup de français sur les versions longues du Chemin de Compostelle, en partance du nord de la France. À chacun son truc.

    Bien cordialement, Steve Joseph

  3. Laurence dit :

    Bonjour

    J’ai envie de marcher un 15 jours sur le gr10 (j’ai fait la Corse l’an dernier, pas le gr20 mais le Mare et Monti), j’ai aussi fait le camp de base de l’Annapurna il y a deux ans.
    Je vais amener ma tente mais rien pour faire la cuisine. C’est possible de toujours trouver un coin pour manger ou pour acheter des trucs?
    Je ne sais pas trop quels segments du GR10 faire. Des suggestions? Je serais avec mon copain et nous devons aussi penser au transport pour nous rendre près du gr (nous venons de Montréal).
    Merci pour l’aide…;-)

    Laurence

  4. Laurence dit :

    Oups…j’ai oublié de dire que je vais être en France du 2 au 24 juillet.
    Je zieute aussi pour le GR11, soit les Pyrénées mais du côté espagnol…vous en pensez-quoi?

    😉

    Laurence

  5. steve dit :

    Bonjour Laurence

    Sur 15 jours sur le GR10, vous allez pouvoir faire un quart voire un tiers du parcours.

    • Le Pays basque de l’Atlantique jusqu’à Gabas environ, vert, bucolique, beaucoup de refuges où vous pouvez manger. Accès à Hendaye facile. Vous pouvez prendre un taxi de Gabas à Pau (80 euros, réservation indispensable)
    • Les Pyrénées centrales de Cauterets à Bagnères de Luchon, plus minérales, austères, verticales, dramatiques, toujours des refuges mais moins de choix. Facilement accessible depuis Toulouse.
    • Les Pyrénées orientales, de Goulier à Banyuls. Plus sèches, chaudes, variées. Assez difficile de atteindre Goulier, mais le retour depuis Banyuls est facile.

    Ça dépend de vos inclinations. En tous les cas ce n’est pas toujours facile de trouver un repas chaud ou acheter de la nourriture. Mais avec un peu d’organisation il est possible. La seule zone qui ne convient pas c’est entre Luchon et Aulus, où les possibilités sont très limitées.

    Par ailleurs, vos dates sont parfaites. En principe vous n’aurez aucun problème avec la neige.

    Pour le GR11, les options sont plus ou moins les mêmes. (Je suis en train de le faire. En 2014 je devrais arriver à la Méditerranée.)

    Pour le GR10 le guide FFRP est indispensable ; pour le GR11 le Prames en espagnol, édition 2013. Quand vous aurez peaufiné un peu votre objectif je peux vous donner des renseignements complémentaires, si vous en avez besoin.

  6. Laurence dit :

    Merci tellement pour votre réponse!
    J’aimerais tellement tout faire!

    Je viens de voir qu’il existe aussi le GR107.
    Je ne sais pas si vous connaissez?
    Il me tente car c’est un sentier de 10 jours et j’aime le concept de
    commencer et de finir un parcours.
    J’ai envie de toucher l’Espagne aussi, de traverser des villages et de
    trouver de la nourriture en chemin.
    Mais j’ai aussi envie/besoin d’un défi physique…
    J’apporte ma tente et je vais camper…mais j’aime pouvoir manger et boire
    sans devoir tout apporter sur mon dos, suis sans doute un peu
    chochotte…;-)
    Je cherche aussi des entrées et des sorties faciles pour me rendre dans une
    grande ville pour reprendre l’avion.
    C’est surtout une question de couts de déplacement…

  7. Steve dit :

    Le GR107, le chemin des Bonshommes, pourrait bien convenir. Je le connais de Foix à Montsegur, et vers la frontière. Au début il suit le sentier Cathare, magnifique voir des photos et info sur les gites. Puis il y a l’Orlu et le Cadi, plus sauvages. Accéder à Foix est facile, depuis Toulouse. A l’autre bout, Berga est moins accessible. Un taxi à la Tour de Carol (40km) est une possibilité; ou bien vous pouvez descendre à Barcelone.

  8. Laurence dit :

    Bon, je me suis décidée.
    Nous venons d’acheter nos billets Montréal/Toulouse pour faire la partie centrales du GR10…nous avons 20 jours.
    Je me demande si c’est simple de trouver un transport de Toulouse aéroport à Cauteret?
    Je préfère faire le trajet de Cauteret à Bagnère de Luchon que dans l’autre sens.
    J’apporte une tente mais j’espère pouvoir manger sur la route…;-)

    Laurence

  9. steve dit :

    Bonjour Laurence. Oui Toulouse à Cauterets est assez simple. Bus ou taxi à la gare SNCF Toulouse Matabieu. Puis train à Lourdes correspondance pour Cauterets (horaires). Attention les horaires d’eté seront disponibles seulement à partir du mois de mai. Horaires pour le retour Luchon à Toulouse.
    Steve

  10. laurence dit :

    Merci encore pour les infos.
    Ma question…(encore une)…y a t’il des variantes incontournables à faire sur la section qui m’intéresse? J’ai un bon 17 jours sur le sentier entre Cauterets et Bagnère de Luchon….y a t’il des gites que nous devons éviter ou d’autres que nous devons impérativement « visiter »? Et au niveau de la température…il fait froid la nuit? Je peux m’attendre à de la pluie?
    Bref, je suis dans le pratico-pratique maintenant!
    😉
    Laurence

  11. steve dit :

    À mon sens, depuis Cauterets il est intéressant de passer par la vallée de Gaube. Comme ça vous allez voir trois sites classiques des Pyrénées : Le lac de Gaube, le Vignemale et le Cirque de Gavarnie. Pour visiter le lac de Gaube et le Cirque, il convient de se lever à l’aube pour arriver avant la foule. (Si vous êtes aventuriers, vous pouvez engager un guide pour faire le Vignemale.) À Gavarnie préférer soit la Grange de Holle soit Gèdre au lieu du village lui-même.

    Si vous bivouaquez en hauteur (sur un col) il peut faire vers zéro. Au niveau des refuges (vers 1800m) il peut faire 5 degrés. Dans les villages, en journée il peut faire 25.

    Pour la pluie, prévoyez d’arriver à votre destination avant 16h00 car c’est à ce moment que les orages peuvent commencer. Avec cette règle, j’ai fait trois semaines dans les Pyrénées espagnoles en été 2013 et je n’ai pris la pluie qu’une fois. Par contre il y avait environ 7 orages en soirée.

    C’est un parcours magnifique que vous allez faire. Raconte-le moi après… si vous en avez envie.

  12. Géraldine dit :

    Bonjour,

    Je prévois de passer 5 jours dans les Pyrénées. Je pensais faire Cauterets-Artigues en passant par le parc de Néouvielle mais en voyant votre commentaire sur la partie Cauterets-Luz, je ferai bien le détour par Gavarnie…
    Cauterets-Luz par Gavarnie se fait en combien de jours ? 2 ou 3 ?

    Merci !

  13. steve dit :

    Bonjour Géraldine. En passant par Gavarnie il faut compter 3 jours.
    1. Cauterets à Bayssellance ou les Oulettes de Gaube
    2. à Gavarnie ou Gèdre
    3. à Luz

    Mais ça vaut la peine. Pour la suite tu peux faire
    4. à Barèges
    5. au Lac d’Aumar puis autobus à Saint-Lary-Soulan

    bonnes vacances Steve

  14. laurence dit :

    J’ai encore des questions.
    Nous apportons la tente mais nous nous demandons si nous trouvons un espace pour camper (avec douche et toilette) relativement facilement tous les soirs? Nous allons faire le trajet de Cauterets à BAgnères de luchon.
    Nous nous demandons aussi si nous devons apporter un réchaud ou si nous allons trouver, relativement facilement encore, du ravitaillement sur la route? Le but étant de ne pas avoir trop de poids et de profiter aussi de la nourriture française…nous sommes en vacances tout de même!! ;-P
    Et, il y a des moustiques le soir?
    Nous sommes en forme mais je me demande le niveau de difficulté des sentiers…par rapport à la COrse par exemple? j’ai fait le Mare e Monti l’été dernier…et ça a été facile….

    Laurence

  15. steve dit :

    Bonjour Laurence
    Il y a plusieurs campings à Cauterets, Gavarnie, et Luz. Par contre le camping La Ribère, après Barèges est fermé jusqu’à 2015. Il est interdit de bivouaquer dans le Néovieille sauf, il paraît, près du Lac d’Aubert (sans prestation aucune). Encore plusieurs possibilités autour de Saint-Lary-Soulan. A Loudenvielle il y a la Péne blanche. Après il n’y a pas de camping avant Luchon, mais vous pouvez normalement bivouaquer près des refuges d’Oô, Espingo, Portillon (à vérifier). Par contre pour prétendre à une douche et les toilettes je pense qu’il faut au moins prendre le repas du soir (encore à vérifier).
    Je n’ai jamais été embêté par les moustiques en montagne au-dessus de 2000m.
    Je ne connais pas le Mar e Monte personnellement, mais le GR10 s’approche plutôt le GR20. Il faut 6-8 heures de marche par jour pour se retrouver dans une vallée le soir venu. Mais puisque vous avez déjà l’habitude d’itinérance, vous n’aurez pas de problème. Par contre prévoyez de la fraicheur (autour de 5 degrés le matin).

  16. laurence dit :

    j’ai d’autres questions au sujet de l’ascension du Vignemale…

    1- cela en vaut la chandelle?
    2- il faut un guide absolument?
    3- il faut du matériel du genre cordes et crampons et piolets?
    4- c’est possible de louer sur place?

    J’ai la tête dans les vacances!!

    Laurence

  17. steve dit :

    Bonjour Laurence. Le Grand Vignemale est une vraie montagne. Si vous le sentez il faut le faire. Pour moi c’était un des moments forts du GR10. Il vous faut un guide absolument, vous n’avez pas l’expérience pour le tenter seuls. Cordes, crampons et piolets sont indispensables et on peut les louez sur place. Contacter le Bureau des Guides de Cauterets avant de partir : ils organisent des sorties régulièrement et peuvent vous renseigner. Il convient de dormir la vieille à Bayssellance et le soir soit à Bayssellance, soit à Gavarnie. Sinon vous pouvez faire le Petit Vignemale seuls, mais ce n’est pas la même chose.

  18. steve dit :

    Voici les infos pour le GR10 du Refuge des Cortalets :
    De Banyuls aux Cortalets il n’y a plus de neige
    Des Cortalets à Mariailles il vaut mieux passer par le Barbet
    De Mariailles à Mantet il n’y a plus de neige
    De Mantet à la Cranca zigzaguer entre les névé
    De la Carança à Planés plus de neige
    De Planès jusqu’au Bouillouses c’est sans neige
    Des Bouillouses au Bésines il y a de la neige, le balisage est en dessous.
    Des Bésines à Mérens il y a de la neige qui nécessite de la connaissance en ce domaine.
    De Mérens à Goulier beaucoup de neige et au delà c’est encore l’hiver…

  19. Géraldine dit :

    Merci pour les infos Steve ! Désolée du retard dans la réponse ! Je pars dans 3 semaines et je vais suivre vos conseils…

  20. Didier dit :

    Bonsoir Steve,
    Nous avons fait Le gr20 nord-sud l’année passée en 13 jours sous tente.
    Je souhaiterais cette année faire un tronçon Ds les Pyrénées (8 a 10 jours de marche) et je me demandais si vous pourriez me conseiller le tronçon le plus sympa pour ce court séjour (fin juin, début juillet). Gr10 ou Gr11 ? Ordesa ? Gavarni ?
    Bcp de passages semblent très sympa mais je pense que tu es la bonne personne pour nous aider Ds notre choix…. En espérant te lire, je te remercie d’avance. Bonne soirée

  21. steve dit :

    Bonjour Didier

    Étant donné que tu as fait le GR20, je suppose que tu aime la montagne. Aussi je te propose :

    Sur le GR10

    • Gabas à Barèges en passant par Baysselance

    Les deux bouts sont bien desservies pas le transport public. Haute montagne mais assez fréquenté.

    • Fos/Melles à Goulier en passant par la cabane d’Aula. Moins haut mais plus authentique.
    Fos/Melles sont accessibles depuis St Gaudens http://transports.haute-garonne.fr/index.php?n=93. Après Goulier il faut continuer à Tarascon pour retrouver la SNCF.

    Sur le GR11

    • Au choix entre Candanchú et Àreu.

    Haute montagne minérale, sauvage entrecoupé de zones plus fréquentées (Ordesa). Avec possibilité de faire le Mont Perdu en aller-retour depuis Góriz. Sache que les plus hauts cols du GR11 en Espagne sont 300m plus hauts que sur le GR10. À l’époque que vous proposez ça peut avoir une incidence, côté neige. On a eu beaucoup de neige cet hiver, comme en 2013 quand j’ai fait Candanchú à Àreu (22/7-15/7) utilisant souvent mes crampons.
    Candanchú est facilement accessible et il y a un bus d’Àreu à Lérida. Sinon vous pouvez espérer trouver un taxi à Torla ou Bielsa vers Lérida.

    N’hésite pas à demander plus de précisions.

  22. Julien dit :

    Bonjour,
    Âgé de 23 ans je fais une partie du gr10 ( lescun henday) fin juillet début août. Deux questions:
    – j’hésite sur quel duvet prendre un 10 degrés ou un zéro degrés je ne suis pas frileux et habitué a dormir dans le frais ( 15 jours en autonomie en Islande en 2014 avec des température nocturne négative, le duvet zéro degrés a très bien fait son boulot même trop parfois), j’essaye d’alléger mon sac et la différence de 800g n’est pas négligeable, quel est votre avis sur les nuits dans cette zones des Pyrénées?
    – je comptes poser ma tente autours des refuges, connaissez vous les prix pratiquer pour

  23. Julien dit :

    Bonjour,
    Âgé de 23 ans je fais une partie du gr10 ( lescun henday) fin juillet début août. Deux questions:
    – j’hésite sur quel duvet prendre un 10 degrés ou un zéro degrés je ne suis pas frileux et habitué a dormir dans le frais ( 15 jours en autonomie en Islande en 2014 avec des température nocturne négative, le duvet zéro degrés a très bien fait son boulot même trop parfois), j’essaye d’alléger mon sac et la différence de 800g n’est pas négligeable, quel est votre avis sur les nuits dans cette zones des Pyrénées?
    – je comptes poser ma tente autours des refuges, connaissez vous les prix pratiqué pour une nuit en tente avec un accès a un point d’eau?
    Merci d’avance.

  24. steve dit :

    Bonjour Julien,
    Fin juillet entre Lescun et Hendaye un duvet 10 degrés suffit puisque vous n’êtes pas frileux, et comme vous dites 800g n’est pas négligeable. Je n’ai pas dormi dans une tente près d’un refuge donc je ne suis pas certain des tarifs, mais en regardant quelques sites je pense que d’habitude les refuges ne prennent pas des sous… a confirmer.
    Bonne randonnée

  25. Julien dit :

    Merci Steve de votre réponse rapide.
    Je vous donnerais mon retour d’expérience à mon retour pour les éventuels question d’autre marcheur.

  26. anne laure dit :

    Bonjour Steve
    Nous prevoyons de faire une semaine de marche sur le gr10 et aimerais savoir quelle partie nous conseillez vous.en sachant que nous avons un chien et nous souhaiterions bivouaquer.et t’il possible de faire une boucle ou non?nous avons fait le tour du tmb et randonnons régulièrement.
    En attendant une réponse je vous remercie d’avance.alaure

  27. steve dit :

    Bonjour Anne-Laure. En fait une reponse se trouve (un peu cachée) dans les commentaires sur la carte.

    0. Luchon (gare SNCF)
    1. Cabane de Peyrehitte
    2. Melles
    3. Araing
    4. Cabane d’Arech
    5. Cabane d’Aouen
    6. Esbints
    7. Descendre à Seix puis à St Girons (gare SNCF)

    Il y a plus d’infos sur une page dédiée aux chiens dans les Pyrénées.

    Une boucle serait plus difficile à trouver mais voici une proposition :

    Seix – Esbints – Aula – Rouze – Aulus (sur le GR10) puis retour sur le Tour du Val du Garbet

    bonne rando

  28. christian dit :

    bonjour Steve,
    En partant des angles, quels est le coté le plus sympa du gr10?
    Y a t’il des passages particulièrement délicats (type tyrolienne à pic) ?
    Merci
    Christian

  29. steve dit :

    Bonjour Christian. Le coté le plus sympa est vers les Bouillouses (ouest). Le GR10 contourne le lac et remonte la vallée. Il y un parking en bas avec des navettes. Une belle balade.

  30. Christian dit :

    Merci Steve, j’y vais la sem prochaine
    J’te dirai.
    Cheers

  31. Anca dit :

    Bonjour Steve,

    je vais faire un tour dans les Pyrenees debut septembre, et j’ai 11 jours entiers de marche. Je ne suis pas encore decidee entre Pyrenees Centrales ou Ariegeoises, je pensais que tu pourrais me conseiller. J’arrive et je repars de Carcassonne. J’ai vu sur ton site deux troncons sympa avec debut et fin accessibles en transport commun: Cauterets – Luchon, ou Luchon – Merens; mais les deux semblent prendre plus de 11 jours. Peux-tu me conseiller un trajet de 11 jours seulement dans ces endroits, avec transport en commun accessible au debut et a la fin?

    Pour info, je suis habituee a la marche (rando seulement) pendant deux semaines avec tente (j’ai fait le chemin de St Jacques, le Kerry Way en Irlande, plusieurs marches de 3-4 jours en Angleterre/Ecosse; pour la haute montagne, j’ai pas mal marche en Suisse). J’amenerai une tente, mais j’aimerais passer la plupart des nuits a cote d’un gite ou en camping. J’aime bien la haute montagne et les pierres, mais aussi les paysages verts et sauvages. Bref, tout conseil sera le bienvenu.

    J’espere que tu pourras m’aider.

    Merci beaucoup.

    Anca

    PS: Merci pour ton site, c’est vraiment tres utile!

  32. Christine dit :

    Hello Steve !
    Y a t-il possibilité de passer d’un GR à l’autre ? (France/Espagne) Si oui, à quel endroit est-ce réalisable ? (avec moindre difficulté) Que conseilles-tu ? Merci de nous donner ton avis !

  33. steve dit :

    Bonjour Christine

    Je reviens d’une rando qui fait la liaison ! Entre Bidous (gîte l’Escolan) dans l’Ariège sur le GR10 et les Bordes de Graus (au-dessus de Tavascan sur le GR11) dans la Catalogne, en passant par le port de Tavascan. Magnifique (compte 1500m de dénivelé par contre). En fait il y a des dizaines de passages. Dans le passé les Pyrénées n’étaient pas une barrière pour les habitants. Le livre « Passages, les Pyrénées du nord au sud et réciproquement » de Marie Bruneau et Bertrand Genier (éditions Cairn) en parle, avec poésie et itinéraires.

    Quelques exemplaires :

    • Gavarnie (GR10) à Bujaruelo (GR11) par le port de Boucharo
    • Refuge de la Carança à Ulldeter
    • St Martin de l’Albère (PO) à Requesens (Catalogne)

    Dis-moi dans quelle zone tu veux passer et je te trouverai un sentier qui convient.

  34. steve dit :

    Bonjour Anca

    Depuis Carcassonne, l’Ariège s’impose, question accessibilité. Tu peux rejoindre le GR10 à Mérens avec la SNCF (navette à la gare de Carcassonne, train à Toulouse, correspondance pour Mérens, environ quatre heures). Pour le retour, depuis Aulus-les-Bains, Bidous ou Esbintz (Seix) (six à neuf jours de marche) vous avez les cars scolaires jusqu’à Saint Girons, puis SNCF à Toulouse.

    Autre possibilité, dans les Pyrénées-Orientales : SNCF à Banyuls puis monter jusqu’à Bolquère (neuf jours de marche) pour en revenir en Train Jaune, avec correspondances à Villefranche-de-Conflent et Perpignan.

    En tout cas, les paysages sont divers, entre bucoliques et sauvages. Bonne rando…

  35. Anca dit :

    Merci Steve!

  36. Christine dit :

    Bonjour Steve,
    Merci beaucoup pour ta réponse ! et tes infos pertinentes. Je vais me procurer le livre sur les passages dans les Pyrénéés 🙂
    Je ne sais pas encore si nous voudrons passer de l’un à l’autre…trop tôt pour décider ! mais nous t’en reparlerons si besoin.
    Nous trouvons que ton blog est très bien fait 🙂
    Je te partage une information, habitant nous-même au Québec : le 1er sentier de grande randonnée vient de s’ouvrir en Amérique du Nord. C’est le GR-A1 http://www.voyageons-autrement.com/le-quebec-maritime-inaugure-le-gr-a1-1er-sentier-de-grande-randonnee-d-amerique-du-nord
    Au plaisir de se croiser un jour 🙂

  37. Bonjour,
    Superbes infos.
    1) Savez-vous si qqn a déjà fait la traversée complète d’un traite en autonomie complète (commencer avec toute la nourriture nécessaire pour le GR10)?
    J’estime que c’est possible à première vue avec un cas à dos de 40kg et en 35-40 jours.
    2) Je compte dormir sous tente tous le temps. C’est autorisé?
    Mon « record » en autonome c’est 49 jours, traversée de la Tasmanie. 2/3 sur piste, 1/3 hors piste à travers tout (ce qui a pris 2/3 du temps, donc 4 fois plus lent dans la jungle/forêt)

  38. steve dit :

    Bonjour Louis-Philippe

    Je ne connais personne qui a fait le GR10 en autonomie complète. Mais vu ton parcours si quelqu’un peut le faire c’est toi.

    En principe, sauf terrains privés, il y a peu de contraintes pour le bivouac.

    Dans le Parc National des Pyrénées « Il est possible de bivouaquer : petite tente montée la nuit ou en cas d’intempéries, démontée dès le matin (19h00 à 9h00), installée à plus d’une heure de marche de tout accès motorisé.» Il s’agit seulement de la zone centrale que le GR10 traverse entre Cauterets et Gavarnie.

    « Pour la Réserve naturelle du Néouvielle, le bivouac est autorisé de 19h à 9h uniquement sur les aires de stationnement d’Orédon et d’Aubert. » (même source) Tu traverseras la Réserve entre Barèges et Vielle-Aure.

    Pour le Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariègeoises entre le Lac d’Araing et le Plateau de Beille je pense que le bivouac est autorisé. En tout cas j’ai vu des tentes tout près du refuge du Lac d’Araing.

    Par ailleurs, il existe beaucoup de cabanes libres voir le site Pyrénées Refuges et Cabanes, surtout utile en Ariège.

    Bonne rando alors.

  39. Merci pour ces infos. Je stocke. Après avoir envoyé ce message j’ai regardé le GR11 et trouvé (je ne connaissais pas) le HRP. Je crois mélanger donc surtout le GR11 et HRP et faire le côté Est via le GR11 (plus court). Je ne suis qu’au démarrage de ce projet. La suite va être analyser 10-20 parcours de personnes, me mettre les 3 routes dans le cerveau (étudier les cartes et GoogleEarth pendant dans dizaines d’heures) afin d’en déterminer un chemin « idéal » beau/sécurisant/rapide. Ensuite, c’est le terrain et la météo qui feront le reste. J’ai déjà trouvé des personnes qui ont fait le HRP en MUL (marcheurs ultralégers) en 23 jours avec pas mal de sommets gravis. En retirant quasi tous les sommets cela devient certainement réalisable en 35-40-42 jours max. La question sera si MOI je suis capable de bien préparer (avec l’aide/conseils de qqs personnes) et ensuite de réaliser ce trek.

  40. steve dit :

    J’ai aussi fait le GR11. Tu peux consulter la page qui fait une comparaison entre le GR10 et le GR11. T’as beaucoup de passages possible entre le 11, le 10 et la HRP.

  41. Marine G dit :

    Bonjour,

    Nous sommes 3 personnes qui aimerais faire une partie du GR10 pendant ces vancances d’hiver. Nous pensons faire une randonnées de 5 jours maximum.
    Des conseils sur quelle partie choisir par rapport au conditions hivernales ?

    Merci d’avance !

  42. steve dit :

    Bonjour Marine

    Pour l’instant il n’y a pas beaucoup de neige, mais aux dernières nouvelles elle était instable. Il vaut mieux contacter le PGHM du secteur de votre choix

    • 09 Savignac 05.61.64.22.58 ;
    • 31 Bagnière de Luchon 05.61.79.28.36 ;
    • 64 Oloron Sainte Marie 05.59.39.86.22 ;
    • 65 Pierrefite Nastalas 05.62.92.71.82 ;
    • 66 Osseja 04.68.04.51.03.

    à moins qu’il s’agisse du pays Basque ou des Pyrénées Orientales depuis la Méditerranée.

    Autre problème, hébergement pour une itinérance. A part les refuges, hôtels et gîtes près des stations de ski, ça va être difficile. Je pense que le plus facile serait soit de partir d’Hendaye vers St-Jean-Pied-de-Port soit de faire en étoile à partir d’une base fixe.

    Si vous avez l’expérience nécessaire, crampons et piolets vous pouvez tenter la boucle Cauterets, Luz-St-Sauveur, Gavarnie, Baysellance ou Oulettes de Gaube (refuges non-gardés) Cauterets. Mais là c’est une randonnée exigeante à l’ombre du Vignemale. Contactez le Bureau des Guides de Cauterets pour plus d’info.

    Si vous voulez bien nous renseigner sur votre choix et comment s’avère la rando, ça peut être utile pour d’autres randonneurs hivernaux. Merci d’avance.

    Bonne rando.

  43. Marine G dit :

    Merci beaucoup Steave pour vos conseils.

    Nous pensons faire le tronçon St jean pied de Port > Arette la pierre St Martin entre le 28/12 et le 02/01
    Après renseignements : cet hiver est très particulier, il n’y a pas de neige (c’est assez fou). Même la station d’Arette est fermé aux skieurs donc il n’y a pour l’instant aucun problème pour de la rando.
    La seule difficulté serait de trouver des refuges ou gites disponibles.
    Il faudra tout de même vérifier de nouveaux les conditions de météo en janvier mais ça semble complètement faisable.

    Dans des conditions normales avec de la neige, il m’a été dit que certaines parties du GR (dans le pays basque et PO) ne sont pas accessibles à cause des Pic en hauteur.
    Je parle bien sur pour des randonneurs comme nous qui ne sommes pas alpinistes et n’avons pas le matériel et l’expérience pour s’aventurer ainsi en haute montagne par temps d’hiver.

    J’espère que ça pourra vous aider…
    Un site intéressant pour infos : http://www.ffrandonnée.fr

  44. steve dit :

    Merci Marine pour les infos. Faites bien attention autour d’Arrete-la-Pierre-St-Martin car c’est du karst avec des trous hors piste qui peuvent être cachés par la neige éventuelle. Bonne rando

  45. Jean T. dit :

    Bonjour,

    Je me pose la question de créer sa route ou d’utiliser des tracés récupérés sur le Web (commme les vôtres) pour faire le Gr10 en utilisant un gps ?
    Sur la carte Topo France, le Gr étant bien visible, ne suffit-il pas de le suivre ?

    Cordialement
    Jean

  46. steve dit :

    Bonjour Jean

    C’est une bonne question. En effet il y a un tracé sur Topo France. Mais est-ce qu’il est toujours valable ? Ce que je fais c’est de comparer les tracés trouvés sur internet (voir, par exemple, Wikiloc) avec celui sur Topo France, car il y a des erreurs et des changements du parcours officiel. (Bien sûr le randonneur qui a téléchargé son tracé s’est peut-être trompé par endroit…) Mais aussi les tracés sur internet peuvent comprendre le temps de marche de l’étape.

    Par ailleurs vous trouverez une carte GPS gratuite sur Topo Pirineos.

  47. Jean T. dit :

    Merci pour votre réponse.
    Je crois que je vais tout simplement me laisser guider par le gps sur lequel j’ai la dernière version de la carte Topo France de l’IGN et la Topopireneos, et par les topoguides papier que nous emporterons par précaution. J’ai fait des comparaisons sur les premières étapes, le Gr est identique. Je vais vérifier pour l’étape ferme Esteben/Bidarray si la variante de la piste des contrebandiers est tracée sur les deux cartes.

    Pour les temps de marche, les étapes, les dénivelés, il y a suffisamment d’informations sur les blogs et sur l’incontournable gr10.fr de Éric Chaigneau ! Et puis, nous l’avons parcouru en plusieurs années, mais en 2016, nous voulons le faire en une seule fois…

    Bien cordialement

  48. steve dit :

    Peut-être on va se rencontrer… je fais la HRP (à la carte, dans les deux sens) qui a quelques étapes en commun avec le GR10. Bonne rando en tout cas.
    Steve

  49. Jean T. dit :

    Ce serait avec plaisir.

    Bonnes traversées à vous aussi.

  50. Dominique Dubé dit :

    Bonjour Steve!
    J’ai visité votre site avec grand intérêt, merci pour toutes les informations! Je planifie de faire une partie du GR10 cet été (départ fin juin) et j’aurais environ 30 jours disponibles pour la randonnée. Je pars seule et je n’emporterais pas de tente ou de matériel pour cuisiner. Ainsi, je veux vérifier si tous les jours, j’aurai facilement accès à de la nourriture (pour les trois repas) et de l’eau soit dans des villages ou dans divers gites. Il semble y avoir pas mal d’hébergement aussi, donc est-ce que je peux raisonnablement penser que je trouverai un toit chaque nuit? Aussi, quand je fais de la randonnée, j’apporte généralement des noix et fruits pour garder des forces tout au long de la journée. Dois-je prévoir de trimbaler toute une grande quantité pour le séjour complet ou je trouverai sur le chemin des endroit où me ravitailler pour cela?

    Je compte partir de Hendaye, ça semble être la « norme » et semble aussi être plus organisé pour l’hébergement justement. Idéalement, je ferais les trois ou quatre premiers tronçons, en m’ajustant en fonction de mon évolution là-bas.

    Voilà.Merci à l’avance!

  51. steve dit :

    Bonjour Dominique
    Aucun problème, ni pour les hébergements, ni pour le ravitaillement. J’ai fait le GR10 sans tente sauf sur une étape, voulant couper Gabas-Gourette en deux aux mines d’Arre; j’aurais pu dormir aux Cabanes de Cézy. Par la suite je me suis rendu compte qu’il y a toujours une cabane quand on ne peut pas atteindre un refuge gardé, voir Pyrénées Refuges et Cabanes. Pour le ravitaillement, hors repas aux refuges et pique-nique à emporter, vous trouverez des possibilités environ deux fois par semaine. Par contre il faut bien planifier car souvent il n’y a qu’un hébergement qui convient…
    Bonne rando, Steve

  52. Mathilde dit :

    Bonjour Steve,
    je cherche une rando sur 4 ou 5 jours à faire dès la mi mai cette année. Votre site m’a convaincu de faire un bout du GR10!! Le problème est que je n’ai jamais fait d’alpinisme donc il faudrait des étapes sans crampons ni piolets… Avez-vous une idée ?
    Merci beaucoup
    Ronan

  53. steve dit :

    Bonjour Ronan. Vous avez plusieurs possibilités, soit quelques étapes entre Hendaye et Borce, côté Atlantique, soit entre Banyuls et Bouillouses, côté Méditerranée. Hendaye à St-Jean-Pied-de Port est accessible par SNCF. Ou bien Banyuls à Arles. Si vous avez une voiture il existe d’autres possibilités. Par contre assurez-vous que les refuges sont ouverts. Bonne rando.

  54. Nicolas dit :

    Bonjour Steve,
    depuis quelques temps avec un ami, nous avions envie de faire le GR10 d’un seul coup. Avec des changements professionnels, cette opportunité nous tent la main donc je voudrais avoir des renseignements sur la difficulté de l’épreuve, sur l’hébergement, sur la durée, etc …
    quelle période sachant que mon ami a une impossibilité le 15 juillet, donc nous ne savons pas si c’est mieux de partir avant ou après?
    Merci d’avance
    Nicolas

  55. steve dit :

    Bonsoir Nicolas. A propos de la question du 15 juillet, c’est après. Faire le GR10 c’est entre 42 et 60 jours mais si vous partez avant le 7 juin vous risquez de trouver des cols enneigés.

    La difficulté ? Ce qui compte c’est la tête. Le mulet suivra. Deux consignes : réduire le poids du sac un max (voir le site de la marche ultra légère); et marcher entre 6 et 8 heures par jour, pas plus, car la fatigue cumulée monte jusqu’à la tête. Pour connaitre votre niveau, le mieux c’est de prendre vos sacs-à-dos avec tout le barda et faire trois jours avec un dénivelé de 1000m positif et négatif et environ 16km chaque jour. C’est ça le GR10.

    Hébergement ? Vous pouvez dormir dans des refuges gardés ou gîtes tous les soirs, à deux exceptions près, où vous devrez dormir dans une cabane (voir ci-dessus). Forcement cela a un cout (environ 52€/nuit avec le pique-nique). Ou bien porter une tente et tout le matériel.
    N’hésitez pas de demander plus de précisions. Tu peux aussi regarder le site d’Eric Chaigneau
    Bonne rando

  56. Anne-Sophie dit :

    Bonjour et enchantée ! Je me suis prise de passion pour ce chemin de GR que je veux faire cet été et je crois que je viens de trouver LA personne qui pourrait me permettre de lever quelques freins. Seriez-vous ok pour un échange téléphonique (20′) ?
    Merci et bon jeudi !
    Anne-Sophie.

  57. steve dit :

    Bonjour Anne-Sophie. Je comprends votre intérêt pour le GR10, c’est un chemin extraordinaire. Et je veux bien répondre à vos questions. Merci de les mettre ici et de me donner une idéa des votre expérience en montagne. Comme ça tout le monde peut en profiter. a+ Steve

  58. Jean T. dit :

    Bonjour,
    Suite à mon mot du 29 mars, j’ai trouvé un lien vers une carte et une trace .gpx permettant de voir -et de prendre- le sentier des Contrebandiers au col de Méhatché, de façon à éviter d’avoir des soucis dans la descente classique vers Bidarray par le col d’Artzatey, le sentierayant été mis à mal par un glissement de terrain : http://www.cdrp64.com/sentiers-et-topoguides/les-gr/gr-10-m%C3%A9hatch%C3%A9/

  59. Erwan dit :

    Bonjour je voudrai savoir quel est l’âge minimum pour faire un gr

  60. steve dit :

    Bonjour Erwan. Difficile à donner une réponse simple car ça dépend du GR, de l’étape, de l’expérience du randonneur, et de s’il/elle est seul(e) ou accompagné des amis, des personnes plus âgées responsables… J’ai vu de très petits enfants avec leurs parents sur des étapes faciles du GR10 et GR11 (en Espagne). Je suis certain que Kilian Jornet se baladait seul à la montagne dès qu’il pût marcher… Par contre, j’ai vu des gens de quarante ans passés qui n’auraient pas dû être sur une montagne, tellement ils étaient mal préparés.

    Moi je suis parti pour 10 jours d’itinérance à l’âge de 16 ans avec deux copains dans le Lake District en Angleterre. On avait beaucoup d’expérience de rando (30km par jour dans les collines anglaises chaque weekend depuis des années) et on savait lire une carte et une boussole. Nos parents ont regardé le parcours et notre planification en détail avant d’autoriser la sortie. C’était fabuleux.

    Mais je ne connais pas ton niveau. Aussi une réponse plus précise n’est pas possible.

    Y-a-t-il d’autre personnes qui ont un avis à ce sujet ?

  61. Erwan dit :

    Bonjour Steve,je voudrai faire le gr 10 dans 2 ans (j’ai 15 ans) et je voudrai savoir si en seconde\ premieres je pourrai faire le gr 10 avec mon père.

    Pour l’expérience j’ai déjà fait plusieurs étapes du gr (vers Gavarnie, Barèges,Néouvielle) et mon père a déjà fait pas mal de gr.
    Bonne journée.

  62. steve dit :

    Bonjour Erwan. Vu ton expérience et le fait que tu sois accompagné je ne vois pas de problème, à priori. C’est une aventure magnifique. Bonne préparation. A voir aussi le site des gr’distes

  63. steve dit :

    Je commence la Haute Randonnée Pyrénéenne ce lundi 20 juin. Aussi je ne peux pas répondre aux questions très vite mais vous pouvez toujours vous connectez à GR10.fr. Bonne rando. Steve

  64. Liliane dit :

    Bonjour, je programme une partie du GR10, de Argelès à Bagnères de Luchon, à l’automne. Quelle est la période la plus favorable, pour avoir le moins de pluie possible?
    Merci pour votre réponse

  65. steve dit :

    Bonjour Liliane
    Partez le plus tôt possible. Vous pouvez rencontrer la neige à partir du 1 octobre, et les refuges ferment aussi à partir de cette date. Bon rando, Steve

  66. Effectivement, la neige peut être présente autout du 15 octobre en arrivant aux granges d’Astau, lac d’oö et en rejoignant au final Bagnères-de-Luchon. Attention au col de la Coume de Bourg dont l’altitude dépasse les 2250 mètres, à cette époque, souvent il y a de la neige molle.

  67. steve dit :

    Merci Claude pour ces précisions.

  68. Fabrice dit :

    Bonjour,
    Je souhaiterais partir pour le mois d’Aout et partir de Laruns (ou le plus près) et finir sur Hendaye pour 7 à 9 jours de randonnées pour faire une petite partie de la Gr10 pour commencer.Plusieurs questions me viennent à l’esprit.
    -La première : Je veux partir seul cela peut poser des problèmes?Sachant que c’est la première fois que je me lance dans un tel projet.Pour info j’ai une bonne condition physique, je pratique le sport 4 à 5 fois par semaines.
    -La deuxième : Le balisage de la Gr10 est elle bien indiquée? Etant novice peut on se perdre facilement?Ai je vraiment besoin d’un carte?
    Je souhaite faire le trajet inverse et ne pas commencer à Hendaye mais plutôt en faire mon arrivée.Quelle gare me conseillerez pour commencer ma randonnée?Comme je l’ai écrit plus haut je souhaite commencer un peu près vers Laruns.
    Voilà j’espère que je pourrais avoir un peu d’aide de votre part.

  69. steve dit :

    Bonjour Fabrice

    Je pensais avoir répondu, mais je ne retrouve pas de trace.

    1. Partir seul est deconseillé mais je le fais. On rencontre toujours d’autres randonneurs pourvu que l’on reste sur le chemin.
    2. Le balisage est bon mais une carte et bussole sont indispensables. Ou un GPS…
    3. Le train va maintenant jusqu’à Bedous. Ensuite il y a une correspondance (car) pour le pont de Laruns.

    Pour info le trajet Hendaye-Laruns m’a pris 11 jours

    Bonne rando
    Steve

  70. Claude dit :

    Bonjour,
    J’ai traversé les Pyrénées sur le GR 10 cet été. A l’heure du bilan, n’ayant pas tout à fait respecté le tracé du GR10 lors de certaines étapes, j’essaie de recalculer moi-même les km parcourus, dénivelés et horaires théoriques. Je me rend compte que le calcul des dénivelés dépend beaucoup de la méthode choisie.
    Quelle méthode (lissage) est utilisée pour donner les 59 970 m de dénivelés positifs cumulés indiqués plus haut ?

    Merci d’avance

  71. steve dit :

    Bonjour Claude. Ce chiffre vient du site http://www.gr-infos.com/. J’ai vu des chiffres entre 45,000 et 60,000m ! Quel chiffre avez-vous?

  72. Claude dit :

    Bonjour Steve,
    J’avais lu 45/45 km de D+. Mais je ne m’étais jamais vraiment penché sur le sujet. C’est en cherchant à le calculer par moi même pour les tronçons hors GR 10 que je me suis rendu compte que c’est un concept très variable. En fait je cherche à reconstituer le temps théorique en utilisant les D+ et les D- et je ne sais quelle formule de dénivelé retenir.

  73. Simon dit :

    Bonjour Steve, bravo et merci pour ton excellent site! Je m’aligne pour faire la traversée en juin 2017. J’aurais deux questions pour toi.

    Je prévois acheter la version électronique des topos guides plutôt que la version papier. Qu’en penses-tu?

    J’utiliserai principalement la tente, avec des arrêts ici et là en gîtes et en refuges. J’aimerais envoyer une couple de ravitaillements d’avance, comme on le fait en Amérique (en poste restante). Comme tu connais plusieurs gîtes et refuges, as-tu une suggestion à me faire pour ces ravitaillements sur le GR 10?

    Merci à l’avance!

    Simon, Laval, Qc

  74. steve dit :

    Bonjour Simon. Je ne connais pas les versions électroniques mais ça doit alléger le sac à dos. Tu as aussi la carte GPS Topo Pirineos (gratuite) très utile pour planifier, même si tu n’as pas de GPS.

    Envoyer des ravitaillements depuis le Canada, est-ce vraiment nécessaire ? Tu as des points de ravitaillement sur le GR10 à

    • Ainhoa
    • St-Etienne-de-Baïgorry
    • St-Jean-Pied-de-Port
    • Bagargrak (Iraty)
    • Lescun
    • Gourette
    • Arrens-Marsous ?
    • Cauterets
    • Gavarnie
    • Luz-St-Sauveur
    • Barèges
    • St-Lary
    • Luchon
    • Aulus
    • Seix
    • St-Lizier
    • Auzat (2km)
    • Bolquère
    • Arles
    • Le Perthus

    Et avec préavis les refuges et gîtes vont te faire un sandwich. Bon appétit !

    Par ailleurs je vais être à la montagne à partir de demain pendant deux semaines… Aussi les réponses vont tarder.

  75. Sonya T dit :

    Bonjour Steve,
    Nous sommes de Montréal au Québec, votre site est formidable et aimerions faire un séjour dans la région Pyrénées Orientales en septembre/octobre prochain, entre Banyuls et Mérens. Nous sommes randonneurs et aimerions faire des sorties d’un jour, en boucle ou aller-retour. On stationne la voiture à un point de départ et on y revient fin de journée. Est-ce que vous pourriez nous conseiller quelques trajets avec distance à parcourir?
    Merci infiniment.
    sonya

  76. steve dit :

    Bonjour Sonya
    Le mieux est de regarder dans Wikiloc. Cela dépend de combien d’heures de marche. Par exemple le Puig Neulos, c’est environ 8 heures ; col de Banyuls 5 heures ; Cap Norfeu 7 heures. Ou bien les randos transfrontalières 12, 13, 14 ! Et ça c’est seulement vers Banyuls ! si vous êtes aventuriers vos pouvez faire les gorges de la Carança 7 heures. Bonne rando.

  77. Marie-Hélène dit :

    Bonjour Steve,
    Merci pour ton site! Je pars fin juin pour la France avec l’intention d’aller faire une portion du GR10 en solo. Le temps n’est pas une contrainte. J’ai fait plusieurs randonnées au Québec, Adirondack, White Mountains, Yukon (la plupart des randonnées variants de 2 à 5 jours et jamais seule). Je pense partir de Hendaye pour commencer avec une dénivellation raisonnable et graduelle. Je pense aussi le faire en bivouac pour plus d’autonomie, mais je redoute la dénivellation + le poids du sac.
    Aussi, que penses-tu des balises de détresse?
    Merci!
    Marie

  78. steve dit :

    Bonjour Marie

    Tu prévois combien de jours environ ? En tout cas c’est une bonne idée de partir d’Hendaye. Le bivouac, en effet c’est bon pour l’autonomie mais cela implique un surpoids de 6kg au moins quand on compte le sac de couchage, la tente, le réchaud, la bouffe… Le site de la marche ultralégère est très utile en tout cas.

    Ou bien, on peut s’alléger tout en gardant de la liberté en dormant dans les cabanes libres.

    Pour répondre à ta question sur les balises de détresse. Sur le GR10 dans les Pyrénées en été on a toujours du passage. Pourvu que tu restes sur le chemin quelqu’un viendra par-là. Mais en effet je voudrais bien une balise de secours si elles étaient moins chères. Voir ma page sur la technologie innovante de la randonnée, no 10 [en anglais].

    Autre avantage de dormir dans les refuges. Tu y trouveras une roue de secours : forcement tu vas rencontrer des randonneurs qui font les mêmes étapes que toi, et le gardian du refuge va s’inquiéter si tu n’arrives pas.

    N’hésites pas à demander plus de précisions.

    Steve

  79. Marie-Hélène dit :

    Merci pour cette réponse rapide! Je trouve en effet que les refuges coupent un peu du contact avec la nature. J’ai déjà fait plusieurs randonnées avec un gros sac, mais jamais en montant ou descendant à ce point. Je vais continuer d’y penser.
    Je dispose d’un mois et demi de vacances. Je vise 10 jours pour commencer avec la possibilité de continuer si tout va bien. J’ai déjà tous les Topoguides, mais ceux-ci datent (2005 et 2012). Me suggères-tu d’en trouver de plus récents? Ou de prendre seulement le premier avec possibilité d’acheter les suivants sur place? Évidemment, j’aurai une carte détaillée récente.
    Merci!

  80. steve dit :

    Re-bonjour Marie
    Achete les deux premiers
    a+
    Steve

  81. Guy dit :

    Allo Steve,

    Je me prépare a sillonner le GR10. J’arriverai a Hendaye le 28 mai. J’ai un maximum de 54 jours pour parcourir le Gr 10 jusqu’à banyuls.
    Pour être honnête je ne possède pas une très grande expérience en montagne. Je fais beaucoup de randonnées mais pas souvent en montagnes aussi hautes que le Pyrénées.
    Je ferai le parcours seul jusqu’à Auzat ou des amis me rejoindront. Je suis assez bien équipé, j’hésite entre apporté ma tente et tout ce que ca implique ou non.
    J’ai lu a quelques endroits qu’il n’était pas recommandé de faire cette traversé seul. Qu’en penses tu?
    Merci a l’avance pour tes réponse et Bravo pour ton site très intéressant.

    guy

  82. steve dit :

    Bonjour Guy

    C’est un beau projet. Le 28 mai devrait aller ; fais attention à la possibilité de neige entre Gabas et Gourettte (on peut la contourner). Le GR10 en 54 jours, c’est tout à fait faisable. Il vaut mieux prévoir 49 jours de rando et 5 jours de repos pour récupérer. Le corps en a besoin.

    En ce qui concerne la montagne, le GR10 est bien balisé. Bien que ce soit pas la haute montagne il est physiquement exigeant. Aussi penses à réduire le contenu du sac un max. Le site de la marche ultralégère est truffé d’astuces. Si tu portes (sans bouffe et eau) plus de 10kg tente comprise il y a des économies à faire.

    La tente ou non, c’est une grande question. J’ai fait le GR10 sans tente (excepté une nuit où j’aurais pu m’en passer, en dormant à la cabane de Cézy). Sans tente, tu t’allèges de 5kg. Penses plutôt à dormir dans les cabanes libres et gratuites ou refuges non-gardés.

    J’ai fait le GR10, la HRP et le GR11 en Espagne tout seul. Pourvu que tu restes sur le chemin quelqu’un viendra. Pourtant nul n’est à l’abri d’un accident. Le portable capte le réseau de plus en plus, mais peu en haute montagne. Par contre il existe maintenant des balises de détresse qui valent la peine de regarder.

    Autre site indispensable : La grande traversée des Pyrénées

    La clé de la réussite c’est la planification, y compris un plan B pour chaque étape.
    Bonne rando.
    Steve

  83. Guy dit :

    Re-Bonjour Steve

    Un gros merci Steve, tu me rassure tant au niveau des dates de départ versus les conditions de neige que dans la possibilité d’effectuer ce périple en solitaire.

    Pour ce qui est des cabanes libres, est-ce que celles-ci sont faciles d’accès, visible facilement etc ou doit-on quitter le sentier balisé sur de longue distance pour les trouver?

    Autre petite question, tu mentionne sur ton site que l’accès au réseau cellulaire et de plus en plus étendu sur le GR 10, a quelle pourcentage évaluerais-tu la couverture cellulaire totale et/ou a quelle fréquence pouvons-nous avoir accès au Wifi dans les différents gites ou étapes? Question de savoir a quel point la préparation doit être complète avant le départ.

    Merci encore pour la générosité de ton temps pour répondre a toutes nos questions anodines.

    Guy

  84. steve dit :

    Pour les cabanes libres, certaines some faciles d’accès, certaines moins. Il faut regarder attentivement la carte sur le site en lien. Par rapport a la couverture cellulaire : au dessus de 1500m elle est practiquement inexistante, sauf autour des stations de ski. Le wifi est disponible dans la plupart des gites d’étape mais rarement en refuge de montagne. Aussi il faut faire toute la préparation avant le départ.
    a+
    Steve

  85. aurelie dit :

    bonjour,
    je travaille avec es enfants de 10/12 ans et je souhaite organiser un sejour rando dans les pyrenees sur 5 jours/4nuits en ete, pouvez vous m’indiquer quelle partie vous semble la plus praticable avec des enfants de cet âge? L’hebergement en dur serait le plus facile pour nous pour eviter de porter trop de poids.
    Merci du renseignement !

  86. steve dit :

    Bonjour Aurelie

    Le centre de Montagne L’Abérouat pourrait vous convenir. Près de Lescan vous avez des balades en piedmont et la haute montagne à côté de main. Sinon, le Pays basque recèle de de petits trésors.

    Bonnes vacances, alors
    Steve

  87. Aurelie dit :

    Merci Steve Steve pour ces informations, quand quand j’évoque un hébergement en dur je me suis mal exprimée je pensais refuges ou cabane (pas de bivouac) car on souhaiterait faire de l’itinerant, avez-vous 4 ou 5 étapes à me conseiller ? Merci !

  88. steve dit :

    Bonjour Aurélie

    Dans ce cas-là c’est le pays basque entre Olhette et St-Jean-Pied-de-Port. Cherchez par là. Mais pour les enfants de 10-12 ans porter un sac en itinérance est difficile. Pourvu que vous ayez une voiture qui peut prendre le gros du poids, cela pourrait être faisable.

    Par contre, évitez le passage vertigineux á flanc entre la Ferme Esteban et Bidarray sur le GR10 où il faut faire très attention.

    Finalement je pense qu’il vaut mieux faire des randos en étoile.

    Steve

  89. Marie GIelen dit :

    Bonsoir,
    Je trouve votre site incroyablement utile et intéressant, voyant comme vous prenez le temps de répondre aux questions des visiteurs, je me laisse tenter aussi!
    Voilà, nous sommes deux jeunes (21 et 22 ans), physiquement en forme, nous avons déjà voyagé avec un sac à dos, nous aimerions parcourir un tronçon du GR10, en partance de Barcelone, durant 3 ou 4jours, début juillet.
    Nous sommes fanatiques des beaux paysages et panoramas, que nous conseillez-vous? 🙂
    Merci d’avance pour votre réponse!
    Marie

  90. steve dit :

    Bonjour Marie

    Depuis Barcelone le point d’accès le plus facile pour le GR10 est soit Mérens soit L’Hospitalet-près-l’Andorre (par train). Il n’y a plus de refuge à Mérens mais il y a les chambres d’hôtes du Nabre. Ou bien vous pouvez dormir au gîte/refuge de l’Hospitalet.
    Voici l’itinéraire : Deuxième nuit au refuge des Bésines. Troisième au refuge des Bouillouses (plusieurs autres possibilités par-là). Sachez que vous pourriez retrouver de la neige à cette époque mais en principe vous pourrez la contourner. Quatrième nuit à l’écogite de Planès. Il y a une gare pour le petit train jaune pas loin.

  91. Elis dit :

    Bonjour Steve, merci de partager tous ces infos et tes experiences sur le GR10 avec nous. Je suis en train de planifier de faire une partie de la randonée au mois de juillet – de st jean – a lescun. Tu penses qu’on a besoin d’un GPS pour cela ou une carte est suffisante? J’ai acheté le topoguides, ils disent que tout est très bien signalée et ne parle pas de GPS. Qu’est ce que tu en penses? Tu pourrais me recommander une bonne carte?
    Merci en avance pour ton appui. Salutations du sud de l’Allemagne, Elis

  92. steve dit :

    Bonjour Elis
    Un GPS n’est pas nécessaire, le balisage étant bon. Les cartes IGN 1:25 000 sont très bonnes aussi, quoique les cartes du guide FFRP (1:50 000) peuvent suffire dans ce secteur.
    Par contre si tu veux une carte gratuite pour ton ordi (que tu peux imprimer) regarde Topo Pirineos. Il faut aussi un logiciel GPS, également gratuit, tel Basecamp pour voir cette carte.

  93. Elis dit :

    merci steve, super! Ca me rassure…

  94. Guy dit :

    Bonjour Steve,

    J’ai deux petites questions.
    La première concernent les carte IGN, est-ce que tu sais si ces cartes sont disponibles dans les différentes villes sur le long du parcours, afin d’éviter de transporter de nombreuses cartes dès le départ. On pourrait se les procurer au fur et a mesure de la traversée.
    Deuxième question concerne les balises, a force de lire les différents sites et tes commentaires précédents j’en viens a la conclusions qu’il sera difficile de ne pas avoir a traverser des sections couvertes de neige (juin). Alors en cas de neige au sol, est-ce qu’il devient plus difficile de suivre les sentiers dans ces conditions? si oui, qu’elles sont les alternatives?

    Merci è l’avance

    Guy

  95. steve dit :

    Bonjour Guy

    Pour les cartes IGN, effectivement, ça pèse. On peut être certain de les trouver qu’aux grandes villes : St-Jean-Pied-de-Port, Cauterets, Luchon, mais que pour 2-3 jours de marche. Deux solutions. Envoyer les cartes en poste restante (contraignant car les heures d’ouverture sont limitées). Ou bien les envoyer à certains refuges, là où tu vas dormir. En tout cas il vaut mieux faire des photocopies car souvent on n’a pas besoin de toute la carte.

    En ce qui concerne les balises, si possible, elles sont à 1m50 du sol. Evidement dans certaines zones cela n’est pas possible, mais il y aura des traces à suivre. Sinon vaut mieux réfléchir pourquoi.
    Bonne Traversée
    Steve

  96. Jimmy dit :

    Bonjour,

    Je souhaiterai faire un bout du GR10 cet été et revenir par le GR11.
    Je partirais sur approximativement les étapes 1, 2 et 3 de vos track GPS personnels pour vous donner un ordre d’idée puis je ferai le retour coté Espagne sur une distance légèrement plus longue. Départ et Arrivé a Cauterets.

    Bref ma question est la suivante, pensez vous que cette portion du GR10 est praticable en vtt? Mon ami et moi avons prévu de tout faire en vtt avec le portage que cela inclu mais nous avons tres peu de retour sur ces portions c’est pourquoi je vous contact

    Je vous remercie

  97. steve dit :

    Bonjour Jimmy

    Les traces GPS ci-dessus ne sont pas les miennes (elles viennent de GR Info) mais je suppose que vous voulez aller de Cauterets à Hendaye sur le GR10 et revenir par l’Espagne. En ce qui concerne le VTT je n’ai pas de connaissances approfondies. Aussi je ne vous dirai que les sections qui me semblent difficile (de mémoire) même en poussant le vélo. (Avec le portage c’est certain que d’autres passages vont s’avérer délicats. Faites attention !)

    1. Il y a la fameuse corniche des Alhas après les Cabanes de Cézy, avant Borce. Mais il existe une variante pour l’éviter.

    2. Entre Lescun et La-Pierre-St-Martin vous avez le Pas de l’Osque. Comme vous pouvez voir ci-dessous il faudrait une corde de 20m pour pouvoir descendre les vélos (à moins d’être très agile).

    Pas de l'Osque sur le GR10

    3. Entre Logibar et Bagargiak le sentier sur la face nord des Escaliers est plutôt étroit mais peut passer.

    4. Juste avant Bidarray, la descente depuis Iparla est sur une crête irrégulière. Il vaut mieux la contourner en passant sur la variante plus à l’ouest.

    5. Après Bidarray juste avant le col d’Espalza le GR10 fait un passage à flanc de montagne dangereux car le sentier est très étroit. Avec un vélo sur le dos…

    En ce qui concerne le GR11 :

    6. Après Candanchú préférez la variante sud plutôt que le Canal Roya car le cirque au fond de la vallée est raide.

    7. Après Respomuso la descente du Col de Tebarray nécessiterait une corde car porter un vélo serait dangereux (passage à éviter)

    8. Après Panticosa il faut monter une échelle verticale de 5m pour atteindre le haut du barrage de Brazato. Et par la suite le GR10 monte à 40 degrees au Collado de Brazato. Oh là là ! Mais vous êtes là pour l’aventure !

    9. Pour monter à Góriz il y a un passage étroit, et par la suite la descente du Barranco Arrablo comprend des ressauts. Et en tout cas la descente à Pineta n’est pas possible – trop de petits ressauts dans la forêt. Je pense qu’il faut contourner cette étape.

    Vaut mieux traverser la frontière plus tôt.

    Vous avez une belle aventure devant vous ! Merci de nous dire comment c’était à votre retour.

  98. Patrick Baker dit :

    Bonjour Steve,

    à l’instar de Marie, ci-dessus, j’aimerais parcourir un tronçons du GR11 cet été durant 3 – 4 jours mais, ne connaissant absolument pas la région et voulant profité un maximum de ses plus beaux recoins, je me demandais si pouviez me conseiller un itinéraire pour que je puisse profiter au plus sur ce laps de temps assez réduis ?

    Merci d’avance pour votre réponse.

    Patrick

  99. steve dit :

    Bonjour Patrick

    Est-ce que tu parles du GR11 (Espagne) ou GR10 (versant français) ? Si c’est le GR10 pour avoir une boucle au lieu d’un aller-retour il n’y a mieux que Cauterets – Oulettes de Gaube – Gavarnie – Luz-Saint-Sauveur – Cauterets. Là, tu auras les cascades du Pont d’Espagne, le Lac de Gaube, la face nord du Vignemale, le cirque de Gavarnie… Par contre c’est un parcours assez exigeant. Un conseil : se lever à l’aube pour profiter de la fraicheur sans la foule. Si tu parles du GR11 voir mon autre site sur la Senda.

    Steve

  100. Patrick Baker dit :

    Merci de votre réponse Steve, je parlais bel et bien du Gr11 mais ces informations sur le Gr10 sont toujours bonnes à savoir ! Je vous ai donc déposé un seconde message sur votre autre site.

    Patrick

More on walking in the Pyrenees

Leave a Reply

map of GR10

 
site designed by Archétype Informatique: création de site internet, Narbonne